RDC: Reynders appelle à renforcer l'État de droit et à réformer l'armée

22/08/12 à 21:41 - Mise à jour à 21:41

Source: Le Vif

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a appelé mercredi au respect de l'intégrité territoriale de la République démocratique du Congo (RDC) "sans ingérence extérieure", en ciblant le Rwanda. Mais il a aussi enjoint à Kinshasa de balayer devant sa porte en instaurant un État de droit dans l'est du pays, en proie à une nouvelle mutinerie, et en réformant en particulier son armée.

RDC: Reynders appelle à renforcer l'État de droit et à réformer l'armée

© Image globe

"La priorité à court terme, c'est la pacification dans l'est. C'est de condamner la rébellion qui a lieu dans l'est, c'est de faire en sorte que l'on puisse garantir l'intégrité du territoire du Congo, qu'il n'y ait pas d'ingérence en quoi que ce soit. Cela passe notamment par le renforcement de l'État de droit et une réforme de l'armée", a-t-il affirmé à l'issue d'un entretien avec le président congolais Joseph Kabila à Lubumbashi (sud-est de la RDC).

Le chef de l'État congolais, tout sourire avant et après la rencontre, s'est pour sa part abstenu de toute déclaration.

Selon M. Reynders, la Belgique peut jouer un "rôle majeur" en plaidant pour un dialogue entre Kinshasa et Kigali et, à long terme, pour une intégration régionale à l'image de celle qui a permis la pacification de l'Europe après des siècles d'affrontement.

Cet entretien a eu lieu dans l'une des résidences du chef de l'État à Lubumbashi, le chef-lieu de la riche province minière du Katanga, où M. Kabila séjourne depuis samedi, date de son retour d'un sommet régional au Mozambique.

Ce sommet a été notamment consacré à la situation dans l'est de l'ex-Zaïre, où les Forces armées de la RDC (FARDC) combattent depuis fin avril des mutins se réclamant du Mouvement du 23 mars (M23), issus d'une ex-rébellion congolaise: le Congrès national pour la Défense du Peuple (CNDP), intégré - comme souvent lors de rébellions précédentes - dans l'armée en 2009.

"On a commis dans le passé l'erreur de vouloir trop souvent intégrer dans les forces armées congolaise un certain nombre de rebelles, de mutins, d'indisciplinés. On ne devra plus commettre cette erreur à l'avenir", a dit M. Reynders à l'issue de son entretien de plus d'une heure - dont une partie en tête-à-tête - avec M. Kabila, assurant par la suite que le président et d'autres responsables congolais partageaient son avis.

"En intégrant des indisciplinés, on intègre l'indiscipline", a-t-il lancé devant quelques journalistes.

Le chef de la diplomatie belge a réitéré la disponibilité de la Belgique à aider à la formation de l'armée congolaise, dont elle a déjà assuré, avec des succès divers, l'instruction de plusieurs brigades et plus récemment de deux bataillons d'élite, actuellement déployés dans la province du Nord-Kivu.

M. Reynders a par ailleurs renouvelé son appel au Rwanda, où il se rendra samedi, à "démontrer qu'il est une partie de la solution" à l'instabilité récurrente dans l'est de la RDC.Selon un rapport d'experts de l'ONU rendu public fin juin, les mutins du Mouvement du 23 mars (M23) ont reçu une aide directe de hauts responsables rwandais, sous forme d'armes, munitions et recrues, des informations corroborées à diverses sources.

Mais Kigali dément tout soutien aux militaires mutins, en majorité tutsis. "Si effectivement le Rwanda ne souhaite pas jouer un rôle négatif dans l'est du Congo, qu'il franchisse le pas d'y jouer un rôle positif", a-t-il dit en demandant à Kigali de garantir l'étanchéité de sa frontière avec la RDC.

M. Reynders s'est toutefois refusé à condamner par avance le Rwanda, jugeant plus prudent d'entendre d'abord les arguments de Kigali.

Sa rencontre avec M. Kabila est intervenue au troisième jour d'une visite d'une semaine en RDC et au Rwanda.

A Kigali, le chef de la diplomatie belge devrait également rencontrer le président Paul Kagame, une démarche qui s'inscrit dans une volonté d'"écoute" - mais non de médiation - alors que les pressions internationales s'intensifient sur le régime de Kigali.

Levif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires