RDC: le Premier ministre et le ministre de la Santé renoncent à la nationalité belge

28/12/16 à 12:01 - Mise à jour à 12:02

Source: Belga

(Belga) Tant le nouveau ministre congolais de la Santé, le Dr Oly "Jim" Ilunga Kalenga, que précédemment le Premier ministre Samy Badibanga ont renoncé à leur nationalité belge à la suite de leur nomination, rapporte mercredi le site d'informations Actualité.cd.

RDC: le Premier ministre et le ministre de la Santé renoncent à la nationalité belge

RDC: le Premier ministre et le ministre de la Santé renoncent à la nationalité belge © BELGA

M. Ilunga a recouvré la nationalité congolaise quelques jours seulement après sa nomination (le 19 décembre dernier, ndlr). Cette décision de justice intervient après qu'il eut renoncé à sa nationalité belge, précise le site, qui publie le fac similé d'un arrêté ministériel signé mardi par le ministre de la Justice de la République démocratique du Congo (RDC), Alexis Thambwe Mwamba. Ce document atteste la renonciation par M. Ilunga à sa nationalité pour des raisons "de convenance personnelle". Ce médecin était jusque tout récemment administrateur délégué et directeur médical des Cliniques de l'Europe à Bruxelles. Il avait notamment soigné l'opposant historique Etienne Tshisekedi lors de son dernier séjour en Belgique pour "raisons médicales", entre août 2014 et juillet 2016. Selon la direction des cliniques citée par le 'Journal du Médecin', "le Dr Ilunga Kalenga quittera l'établissement au 1er janvier 2017" et se trouvait "à l'étranger". Le Premier ministre Samy Ntita Badibanga, nommé le 17 novembre dernier par le président Joseph Kabila, a lui récemment renoncé aussi à la nationalité belge qu'il avait acquise en 2002. Ce renoncement est avalisé dans une attestation signée le 25 novembre par M. Thambwe "portant déclaration de recouvrement de la nationalité congolaise d'origine" de M. Badibanga. La question de la nationalité, "une et exclusive" selon la Constitution congolaise, est un sujet sensible en RDC, où elle a été à plusieurs reprises instrumentalisée - notamment durant la campagne à l'élection présidentielle de 2006 - et a conduit à des violences meurtrières. (Belga)

Nos partenaires