Ratage informatique magistral à la Fonction publique

10/01/13 à 09:15 - Mise à jour à 09:15

Source: Le Vif

Hendrik Bogaert au coeur d'un monumental ratage informatique de l'administration fédérale. Le secrétaire d'Etat CD&V à la Fonction publique refuse que la lumière soit faite sur ce dossier qui sent le souffre. Le partenaire PS du CD&V le soutient. A l'inverse du MR : "Bogaert panique, il veut étouffer cette affaire. C'est inacceptable", tonne la députée Jacqueline Galant. Interview.

Ratage informatique magistral à la Fonction publique

© Image Globe

Le projet eHR a du plomb dans l'aile, et son crash commence à faire du grabuge politique au sein du gouvernement Di Rupo Ier. Lancé en 2007, cet ambitieux programme informatique de gestion de quelque 65.000 fonctionnaires fédéraux n'en finit pas de hoqueter. Gros ratés à l'allumage, dysfonctionnements lancinants : le chantier de 27 millions d'euros tourne au fiasco.

Secrétaire d'Etat CD&V à la Fonction publique, Hendrik Bogaert sent aujourd'hui le vent du boulet. A peine entré en fonction, il a cru bien faire de dessaisir le SPF Personnel & Organisation du projet pour le transférer au SPF Fedict chargé de la technologie de l'information. Sans juger bon de passer au préalable par le Conseil des ministres.

Bogaert peut s'en mordre les doigts. Depuis, il ne cesse de se prendre les pieds dans le tapis. Confié à Fedict, le projet eHR n'en finit plus de toucher le fond. Conflit d'intérêts, plainte au Parquet de Bruxelles pour violation de la loi sur les marchés publics et faux en écriture, deux hauts fonctionnaires dans le viseur, rôle nébuleux joué par un consultant, règlement de comptes entre administrations fédérales, risque de gaspillage de deniers publics. La totale.

Salle affaire. Que le gouvernement fédéral a pourtant choisi de couvrir en entérinant les décisions d'Hendrik Bogaert lors du dernier conclave budgétaire. Au grand dam de l'opposition : Ecolo et N-VA pointent une kyrielle de dysfonctionnements et réclament toute la lumière sur ce dossier pourri.

Jusqu'ici, PS en tête, les partenaires de la majorité ont fait bloc pour ne pas fâcher le CD&V en mettant son secrétaire d'Etat en difficulté. Mais voilà que le front se lézarde. Hier, en commission de la Chambre, le MR a rompu une lance en direction de Bogaert. La députée fédérale Jacqueline Galant, s'est chargée de sonner la charge. Rude. Elle s'explique.

Pourquoi cette sortie sur le secrétaire d'Etat à la Fonction publique ?
Hendrik Bogaert venait présenter à la Chambre sa note de politique générale en matière de Fonction publique. Et pas un mot de sa part sur le projet eHR ! C'est tout de même surprenant pour un dossier qui déraille à ce point. Comme si on se dirigeait vers un enterrement de première classe, qu'on voulait étouffer l'affaire.

Que réclamez-vous ? Que le Parlement puisse au moins entendre Jacky Leroy, le patron du SPF P&O qui a été dessaisi du dossier. Quand on voit la tournure que prend cette affaire, il me semble que ce n'est pas trop demandé. Voilà un dossier dingue, qui a déjà coûté des millions, et qui a été transféré à un département manifestement incapable de le gérer.

Hendrik Bogaert cacherait-il des choses ?
Je n'en sais rien. Mais hier en séance, il était terriblement nerveux. Il s'est carrément fâché quand j'ai proposé que l'on mette aux voix la proposition d'auditionner Jacky Leroy. Il refuse qu'on entende le patron du SPF P&O, en affirmant qu'il a déjà tout expliqué. Visiblement, il panique.

Votre proposition a été recalée...
Ecolo et la N-VA ont suivi, mais les partis de la majorité moins le MR ont refusé, sous prétexte que c'est au politique à s'exprimer. C'est bizarre : je suis parlementaire depuis 2003, j'ai déjà eu droit à des auditions qui étaient tout sauf intéressantes. Et ici, c'est le refus : CD&V et PS volent au secours du secrétaire d'Etat qui ne veut pas assumer ses erreurs. Ce refus devient suspect. Manifestement, on passe gravement sous silence certaines choses. C'est inacceptable.

A découvrir dans Le Vif/L'Express de cette semaine : pourquoi le PS couvre un fiasco CD&V - le projet eHr, les dessous d'un dossier pourri.

Nos partenaires