Rabat dénonce les propos de Theo Francken sur les droits de l'homme au Maroc

09/10/17 à 18:27 - Mise à jour à 18:29

Source: Belga

(Belga) L'ambassade du Maroc à Bruxelles a émis de vives protestations à la suite des propos tenus par le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Theo Francken lors d'un entretien publié samedi par La Libre Belgique. La représentation diplomatique marocaine fustige des déclarations "politiquement inacceptables et totalement inappropriées", rapporte lundi Maghreb Arabe Presse (MAP), l'agence de presse étatique marocaine.

Interrogé sur les critiques frappant la collaboration mise en place au niveau migratoire entre la Belgique et le Soudan, M. Francken a répondu en citant l'exemple du Maroc. "Il y a beaucoup de régimes dont on peut douter, de pays où les droits de l'homme ne sont pas respectés. A ce moment-là, on ne peut pas parler avec le Maroc non plus." Par l'intermédiaire de son ambassade à Bruxelles, le Maroc a adressé une mise au point à l'attention du ministère des Affaires étrangères. La représentation estime que les déclarations du secrétaire d'Etat sont "hasardeuses, provocatrices, intempestives, regrettables" venant de la bouche d'un membre du gouvernement belge alors que les relations très étroites entre les deux pays ont atteint "un degré de densité exceptionnel à tous les niveaux à la faveur d'une coopération multiforme et des liens d'amitié forts et de haut niveau". A la fin février 2016, le premier ministre Charles Michel accompagné du ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, et de M. Francken s'était rendu à Rabat pour y rencontrer son homologue. Le 21 avril 2016, le parlement belge a ratifié une convention d'entraide judiciaire et policière avec le Maroc. Le lendemain, des représentants des gouvernements belge et marocain ont signé à Bruxelles un accord sur la sécurité et l'échange de données. Les deux pays se sont engagés à "renforcer les mécanismes de coopération opérationnelle entre les services de sécurité", notamment dans le but d'identifier des ressortissants étrangers interpellés en Belgique. (Belga)

Nos partenaires