Querelle médiatique autour d'une photo de Delphine Boël et du roi Albert II

29/08/13 à 21:24 - Mise à jour à 21:24

Source: Le Vif

L'hebdomadaire "Paris Match" a publié jeudi une photo de Delphine Boël, enfant, accompagnée de sa mère et du roi Albert II, alors prince. Présentée comme exclusive, cette photo a immédiatement déclenché l'ire d'un journaliste de la chaîne de télévision flamande VIER, qui affirme qu'il s'agit d'une capture d'écran de son reportage à paraître début septembre sur la fille présumée d'Albert II.

Querelle médiatique autour d'une photo de Delphine Boël et du roi Albert II

© Belga

Le rédacteur en chef de Paris Match Belgique, Marc Deriez, dément: "Nous avons obtenu la photo d'une source fiable, que je ne citerai pas, et précisé dans l'article qu'elle faisait partie d'un reportage de VIER. J'estime que nous avons rempli notre mission journalistique", a-t-il réagi.

Eric Goens, le journaliste de VIER et auteur du documentaire en question, intitulé "Onze dochter heet Delphine" (Notre fille s'appelle Delphine), dénonce l'exclusivité annoncée par Paris Match, l'acquisition illégale de cette photo et l'utilisation de citations sans mentionner leur source. Il assure qu'il détient l'intégralité des droits d'auteur du reportage.

Joint par l'agence Belga, M. Deriez argue que l'exclusivité de Paris Match Belgique "ne concerne pas cette photo, mais l'interview et le reportage photographique réalisés avec Sybille de Sélys Longchamps et sa fille Delphine. Notre publication est le fruit d'un travail en profondeur de plusieurs mois", affirme-t-il.

Le Conseil de Déontologie journalistique (CDJ), qui n'a pas connaissance du fond de l'affaire, n'a pas souhaité se prononcer sur ce cas précis. Mais il explique qu'une telle publication pourrait constituer une infraction à la loi, du point de vue des droits d'auteur, et à la déontologie, si la source de la photo et des citations n'est pas clairement indiquée.

Le CDJ, qui fonctionne en tant qu'autorité morale, ne peut pas empêcher la publication d'un article. Seul un juge saisi dans le cadre d'une plainte pour violation des droits d'auteur pourrait trancher et imposer des sanctions.

Le documentaire sera diffusé début septembre sur VIER et RTL-TVI.

En savoir plus sur:

Nos partenaires