Quelque 200 manifestants au siège de la N-VA contre les propos de De Wever

06/04/15 à 17:11 - Mise à jour à 17:11

Source: Belga

De 150 à 200 personnes ont manifesté lundi devant le siège national de la N-VA à Bruxelles pour protester contre les déclarations faites par le président des nationalistes flamands et bourgmestre d'Anvers, Bart De Wever, stigmatisant les Berbères.

Quelque 200 manifestants au siège de la N-VA contre les propos de De Wever

© Belga - NICOLAS MAETERLINCK

Ils ont répondu à l'appel lancé par le mouvement pour les droits des citoyens Movement X dirigé par Dyab Abou Jahjah. Celui-ci a réclamé que M. De Wever présente des excuses "explicites" à la communauté berbère ou que la N-VA prenne, en tant que parti démocratique, ses distances avec ces propos.

M. De Wever avait, le 15 mars dernier sur le plateau de la VRT-télévision, qualifié la communauté berbère de "fermée, avec une défiance envers les autorités". Lundi, de 150 (selon la police) à "plus de 200" (selon les organisateurs) personnes appartenant principalement à des organisations marocaines et de gauche, se sont rassemblées vers 15h00 devant le siège de la N-VA, rue Royale à Bruxelles.

Dans le calme, a constaté l'agence Belga. Les organisateurs avaient fait appel à des stewards, alors que le siège de la N-VA était protégé par une demi-douzaine de policiers. "On semble commencer à évoquer un problème berbère, comme on parlait dans les années (19)30 du problème juif", a déclaré Abou Jahjah. "On a à l'époque dressé un cordon sanitaire autour de Filip Dewinter (l'homme fort du Vlaams Blok, devenu Vlaams Belang, ndlr).

Au départ, j'avais de la N-VA l'impression d'un parti démocratique, mais il semble que cela change", a-t-il ajouté. Le président du Movement X a assuré être en contact avec des élus locaux de la N-VA qui désapprouvent selon lui les propos de leur président, mais qui seraient "isolés" au sein du parti.

Fin mars, le mouvement avait rassemblé 210 personnes sur la Grand place d'Anvers. La manifestation n'avait pas été autorisée et les participants avaient fait l'objet d'une arrestation administrative.

En savoir plus sur:

Nos partenaires