Quelque 2.000 militants de la FGTB réclament un changement de cap du gouvernement

19/05/17 à 13:33 - Mise à jour à 13:35

Source: Belga

(Belga) Quelque 2.000 militants, selon la FGTB, se sont rassemblés vendredi matin, place de la Monnaie à Bruxelles, pour protester contre les mesures du gouvernement fédéral. A coups de sifflets et de percussions, ils ont réclamé plus de justice sociale et fiscale, reprochant à l'équipe Michel d'appliquer toujours les mêmes recettes. "Le capital et les fortunes sont totalement oubliés tandis que les travailleurs, les pensionnés et les allocataires sociaux paient le prix fort de la politique d'austérité", ont martelé les secrétaire général et président du syndicat socialiste, Marc Goblet et Rudy De Leeuw.

L'action visait à relancer la contestation sociale, alors que le gouvernement fédéral est entré dans la seconde moitié de son mandat. "L'accord interprofessionnel (conclu au sein du Groupe des 10 en janvier dernier, NDLR) n'est pas un gage de paix sociale", a affirmé Marc Goblet, face à une place rouge de monde. "Il reste de nombreux défis à relever", a-t-il poursuivi. Le syndicat réclame, notamment, une augmentation du pouvoir d'achat, passant par une libre négociation des salaires, une pension décente à un âge décent, des impôts équitablement répartis avec une meilleure contribution des grosses fortunes et du capital, une réduction collective du temps de travail à 32 heures par semaine et un financement stable de la sécurité sociale. Parmi les militants, certains agitaient des drapeaux du PS et du PTB, d'autres des ballons ou encore des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Pension, travail, santé = dignité". Mêlé à la foule, le président du PS, Elio Di Rupo, était également de la partie. "Si nous le voulons, nous pouvons changer les choses. Aucun gouvernement ne peut résister à la colère de la rue", a ajouté Marc Goblet, appelant les autres syndicats à sortir du bois et à se mobiliser davantage. "Nous devons retrouver le sens du collectif face à un gouvernement qui est contre nous", a-t-il insisté. (Belga)

Nos partenaires