Quelque 1.300 militaires touchés par les restructurations en 2018-2019

20/12/17 à 18:03 - Mise à jour à 18:02

Source: Belga

Quelque 1.300 membres du personnel de la Défense seront affectés l'an prochain et en 2019 par des restructurations en dépit de la promesse du ministre de la Défense, Steven Vandeput, qu'aucune installation ne fermera ses portes au cours de l'actuelle législature, a indiqué mercredi le SLFP-Défense.

Quelque 1.300 militaires touchés par les restructurations en 2018-2019

© Belga

L'état-major a informé mercredi les syndicats des mouvements de personnel prévus à terme en application de la "vision stratégique" approuvée par le gouvernement et qui dessine les contours des forces armées à l'horizon 2030. Mardi, une séance d'information avait été organisée à l'attention des chefs de corps des unités concernées.

Dans le courant de 2018, il est ainsi prévu d'"externaliser" les activités d'appui du camp d'Elsenborn ainsi que les services d'écomobilité. La préparation de l'outsourcing (le recours à un partenaire extérieur) du stockage et de la distribution se poursuivra en 2018, selon un message "Flash" adressé à l'ensemble du personnel et signé par M. Vandeput (N-VA) et par le chef de la Défense (Chod), le général Marc Compernol, obtenu par l'agence Belga.

A terme, plusieurs quartiers connaîtront l'externalisation de leur gardiennage, de la gestion ("facility managment") et de la restauration "catering" au delà des projets-pilotes en cours à la caserne de Hemptinne à Heverlee (Louvain) et à l'Ecole royale militaire à Bruxelles.

Mais les principaux mouvements de personnel en 2018 seront liés à la création du quartier général du "Special Operations Regiment" à Heverlee, à la création du QG de la brigade motorisée à Marche-en-Famenne, au déménagement du centre de compétence Land-département Génie de Jambes vers Amay, ainsi que le déménagement et à la centralisation des antennes du centre de compétence Infrastructure de Belgrade et de Liège vers Amay.

Auront également un impact: le déménagement du groupe de Police militaire (MP) d'Evere vers Peutie (Vilvorde), la fusion des Eléments médicaux d'intervention de Lombardsijde (1 EMI) et de Peutie (4 EMI), avec le maintien d'un détachement à Lombardsijde, Coxyde, Langemark-Poelkapelle et Zeebrugge ainsi que la transition de la batterie Shorad ("Short Range Air Defense") du bataillon artillerie vers un peloton d'artillerie de campagne et un élément de l'"Information Operations Group" à Lombardsijde.

2019 sera pour sa part l'année de la transformation du "Movement Control Group" (MCG, principalement basé à Peutie), avec transfert des missions des antennes de Gavere et de Brasschaat vers Zeebrugge, de la centralisation des antennes de Florennes et de Liège à Marche-en-Famenne, de l'intégration du centre de contrôle du trafic aérien (ATTC, pour "Air Traffic Control Center") de Semmerzake dans le centre de Belgocontrol à Steenokkerzeel et du déménagement du centre de défense aérienne ("Control&Reporting Center", CRC) de Glons vers Beauvechain.

M. Vandeput et le général Compernol confirment dans leur message que "durant cette législature aucun quartier ne sera fermé sauf si tel avait été décidé par le gouvernement précédent".

Ils qualifient les déménagements de "modifications de gestion interne" nécessaires "pour préparer l'avenir" et qui entraîneront "un nombre restreint de mouvements de personnel".

"Contrairement à ce que nous avons connu dans le passé, cela n'impliquera pas de déménagements sur de longues distances et n'impactera pas un grand nombre de collègues", soulignent le ministre et le "patron" de l'armée.

Le Syndicat libre de la Fonction publique (SLFP)-Défense a réagi en parlant d'"un coup dur (...) en cette période de fin d'année".

"Nous aurions pu penser que le personnel était à l'abri (...). Dans un contexte actuel bâti d'incertitudes et d'inquiétudes, nous apprenons que 1.300 membres du personnel de la Défense seraient impactés suite à l'implémentation de cette vision stratégique et ceci à court terme pour l'année 2018 et 2019", a commenté un dirigeant du SLFP, qui se présente comme le syndicat le plus important du personnel de la Défense, Boris Morenville.

Nos partenaires