Quatre traitements antipaludiques comparés chez les femmes enceintes

09/03/16 à 23:35 - Mise à jour à 23:35

Source: Belga

(Belga) Une étude réalisée durant quatre ans par l'Institut de Médecine Tropicale d'Anvers (IMT) et coordonnée par le Professeur Umberto D'Alessandro a permis de déterminer l'innocuité de plusieurs traitements antipaludiques pour les femmes enceintes, communique l'IMT mercredi soir. L'étude a comparé quatre traitements, pour mettre en évidence la possibilité de les utiliser de manière sure et efficace durant la grossesse, ainsi que certaines différences entre eux.

Au Burkina Faso, au Ghana, au Malawi et en Zambie, 3.428 femmes enceintes au total ont participé à cet essai baptisé Pregact (PREGnancy Artemisinin-based Combination Treatment) et dont les résultats doivent faire l'objet d'une publication jeudi dans le New England Journal of Medicine. Toutes ces femmes souffraient de paludisme, une maladie parasitaire qui entraine souvent un état anémique chez les futures mères, avec pour principale conséquence un faible poids de naissance du nouveau-né et un risque plus élevé de décès au cours de la première année de vie. Ces patientes ont aléatoirement reçu un des quatre "traitements combinés à base d'artémisinine (ACTs)" testés: amodiaquine-artésunate (AQAS), dihydroartémisinine-pipéraquine (DHA), artéméther-luméfantrine (AL), ou méfloquine-artésunate (MQAS). Les chercheurs ont conclu que "les quatre traitements, déjà utilisés chez les adultes et les enfants, étaient sûrs et efficaces" également chez la femme enceinte, avec certaines différences toutefois en matière d'effets secondaires et de protection contre une réapparition de l'infection. "Les résultats de l'étude fournissent également des informations concernant le traitement le plus adéquat en fonction de la zone géographique donnée", précise l'IMT. Selon le Professeur Umberto D'Alessandro, certaines femmes enceintes atteintes de paludisme "se voient toujours prescrire la quinine, un vieux médicament ayant de nombreux effets secondaires". Il espère que l'étude augmentera plutôt l'utilisation des ACTs. (Belga)

Nos partenaires