Quatre ans de prison requis contre l'agresseur présumé du superviseur de la Stib

20/01/14 à 11:31 - Mise à jour à 11:31

Source: Le Vif

Le ministère public a requis une peine de quatre ans de prison, lundi, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, à l'encontre d'Alexandre V. qui avait agressé en avril 2012 un employé de la Stib qui était décédé à la suite d'un coup violent à la tête. Iliaz Tahiraj était intervenu lors d'un accident survenu entre un bus de la Stib et une voiture et avait été frappé par le passager de la voiture accidentée.

Quatre ans de prison requis contre l'agresseur présumé du superviseur de la Stib

© Image Globe

Le ministère public a requis une peine de 4 ans de prison pour Alexandre V. qu'il estime responsable de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Selon la procureure, le prévenu n'avait certainement pas l'intention de tuer mais sa réaction violente n'était absolument pas justifiée et il doit en assumer les conséquences. "Il était ivre et a réagi agressivement après le choc de l'accident, n'obtenant pas les réponses qu'il souhaitait de la part du superviseur de la Stib", a-t-elle expliqué.

Alexandre V., âgé de 30 ans, a été jugé pour un fait de vol quand il était mineur d'âge puis a été condamné à plusieurs reprises par le tribunal de police, notamment pour ivresse au volant, mais il n'a pas d'autres antécédents judiciaires, a aussi appris la procureure.

Me Sven Mary, avocat de la partie civile, a quant à lui insisté sur le fait que la victime avait probablement dû discuter avec le prévenu avant que ce dernier ne lui porte un coup. "Iliaz Tahiraj a sans doute tenté de calmer le prévenu, la réaction violente de ce dernier est donc d'autant moins compréhensible et pardonnable", a-t-il affirmé.

La défense, Me Laurent Kennes, n'a pas contesté le fait que le coup porté par son client était illégitime et injuste.

"Le problème ici, ce sont les conséquences terribles de ce geste, mais inattendues", a-t-il dit. "Combien de fois voit-on ici des affaires où la victime a reçu de multiples coups; des coups de poing, de pied, de bouteille... Mais les conséquences ne sont pas pour autant fatales, et les prévenus bénéficient parfois d'une suspension du prononcé", a exposé l'avocat.

Celui-ci a encore avancé que son client n'était pas un danger social et il a plaidé une suspension du prononcé en sa faveur. A titre subsidiaire, il a demandé une peine de travail, et, au cas où une peine de prison serait prononcée, l'application de la mesure de sursis.
Iliaz Tahiraj, âgé de 56 ans, était intervenu, le 7 avril 2012, vers 7h du matin, sur les lieux d'une collision entre un bus de la Stib et une voiture, au croisement de la place des Armateurs et de l'avenue du Port, à Bruxelles.

Le passager de la voiture accidentée, Alexandre V., s'en était pris violemment à cet employé de la Stib qui venait simplement faire les constatations. Il lui avait donné un puissant coup au visage, le superviseur était tombé et sa tête avait violemment heurté le sol. Il était décédé à l'hôpital des suites de sa blessure.

Le jugement sera prononcé le 10 février 2014 à 9h, devant la 50e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles.

Nos partenaires