Quand Di Rupo lèse Publifin en reversant l'argent à la Croix-Rouge

23/01/17 à 07:46 - Mise à jour à 24/01/17 à 10:25

Source: Le Vif

Le président du PS a demandé que les fonds rétrocédés à son parti par les membres des comités de secteur de Publifin soient reversés à la Croix-Rouge. L'association humanitaire a ainsi reçu plusieurs dizaines de milliers d'euros sur son compte, jeudi 19 janvier, au détriment des actionnaires publics de Publifin. Et ce n'est qu'un début...

Quand Di Rupo lèse Publifin en reversant l'argent à la Croix-Rouge

© Belga

Elio Di Rupo semble un brin dépassé par l'affaire Publifin. Alors qu'une information judiciaire est ouverte au parquet général de Liège pour - notamment - suspicion d'abus de biens sociaux au détriment de l'intercommunale Publifin, le président du Parti socialiste a donné ordre aux fédérations concernées par le scandale de reverser les montants indûment perçus par ces dernières à... la Croix-Rouge.

En vertu de l'article 74 des statuts du PS, les mandataires sont tenus de rétrocéder au parti "une contribution financière au moins égale à 10% de la rémunération brute ou du total brut des jetons de présence perçus". Plus précisément, c'est à la fédération dont ils dépendent que les mandataires siégeant au sein d'une intercommunale doivent reverser leur écot. Sont ici concernées trois des quatre fédérations socialistes de la province de Liège : Huy-Waremme, Liège et Verviers.

Jeudi matin, tambour battant

En milieu de semaine dernière, Elio Di Rupo a demandé au secrétaire général du parti, Jacques Braggaar, de contacter illico les secrétaires des fédérations impliquées dans le scandale pour qu'ils s'exécutent au plus vite. Jeudi matin, Jacques Braggaar a ainsi téléphoné aux trois secrétaires fédéraux concernés. Et le jour même, les premiers versements atterrissaient sur le compte de la Croix-Rouge. Soit plusieurs dizaines de milliers d'euros, selon nos informations.

Ces fonds devraient pourtant, en toute logique, être remboursés à Publifin. L'intercommunale est en effet l'entité lésée dans cette affaire, d'où l'enquête de la justice liégeoise ouverte pour abus de biens sociaux. Publifin, rappelons-le, est une entité 100% publique dont les principaux actionnaires sont la Province de Liège (61,1%), 75 communes wallonnes et une flamande (38,4%) et la Région wallonne (0,4%). L'argent de ces actionnaires publics a donc été réorienté, par une surprenante volonté dirupienne, vers la comptabilité d'une association humanitaire... Selon le responsable de la communication du PS, "si les rémunérations sont, in fine, jugées illégales, le parti les remboursera".

Des élus mauvais payeurs

Et ce ne devrait pas être le dernier versement, explique un socialiste proche du dossier : "Tout d'abord, plusieurs élus sont en défaut de paiement vis-à-vis du parti. Il va donc falloir leur envoyer des lettres de rappel, ce qui va prendre un certain temps avant de récupérer les fonds manquants. Ensuite, l'année 2016 doit encore être prise en compte. Les fiches fiscales 2016 de Publifin n'arriveront pas chez les ex-membres des comités de secteur avant avril ou mai 2017."

D'après nos calculs, les 13 mandataires socialistes ayant siégé entre fin 2010 et fin 2016 dans les quatre comités de secteur de l'intercommunale (gaz, énergie, Liège-ville, télécom) ont touché, ensemble, un peu plus d'un million d'euros brut. C'est donc un minimum de 100.000 euros, soit 10%, qui devraient in fine être rétrocédés aux trois fédérations susmentionnées. C'est donc aussi le montant du jackpot inattendu que devrait toucher la Croix-Rouge une fois l'opération finalisée.

De l'eau dans le "gaz"

Selon nos informations, des discussions seraient toujours en cours au sein du parti pour déterminer si les rétrocessions aux fédérations faites par les membres du comité de secteur "gaz", le tout premier du genre qui a officiellement vécu du 22 décembre 2010 au 21 juin 2013, doivent elles aussi être reversées à la Croix-Rouge, "vu leur ancienneté". À la lumière des révélations du Vif quant aux motivations ayant présidé à la création de ce comité, quant au nombre de réunions organisées, quant à leur nature et leur taux de fréquentation, par son président notamment, on se demande bien pourquoi ces montants échapperaient à l'association humanitaire...

David Leloup

En savoir plus sur:

Nos partenaires