Puigdemont veut se livrer à la justice belge, "la vraie", "pas à la justice espagnole"

03/11/17 à 18:30 - Mise à jour à 18:32

Source: Belga

(Belga) Le ministre-président destitué catalan Carles Puigdemont a indiqué vendredi à Bruxelles, dans une interview exclusive à la RTBF, vouloir se livrer "à la vraie justice (de Belgique), mais pas à la justice espagnole". Il dit ne pas avoir fui mais il était selon lui impossible de bien préparer sa défense en Espagne.

M. Puigdemont a dénoncé l'action "extrêmement barbare" du gouvernement du Premier ministre espagnol Mariano Rajoy, qu'il accuse d'être à la manoeuvre dans les derniers événements qui ont conduit en prison plusieurs membres de son équipe. Ce faisant, M. Puigdemont a également lancé un appel au "dialogue politique", la "seule solution", selon lui, permettant de sortir de l'impasse. Il faut "faire de la politique, ce que M. Mariano Rajoy ne fait jamais", a indiqué Carles Puigdemont, qui a eu des mots très durs pour le Premier ministre espagnol. "Il a utilisé le procureur général, les tribunaux, la police, même les entrepreneurs", a-t-il dénoncé. "Ce n'est pas normal que nous risquons 30 ans de prison pour avoir" agi avec un mandat de "l'électeur", a poursuivi le ministre-président destitué. C'est "extrêmement barbare, on ne peut pas parler de démocratie si on doit jouer avec ces règles du jeu. J'ai été élu. A quoi servent les élections? La volonté des citoyens catalans a été annulée de façon illégale par le gouvernement de Mariano Rajoy", a-t-il ajouté. (Belga)

Nos partenaires