PS et CDH renoncent à leur engagement

22/07/14 à 10:55 - Mise à jour à 10:55

Source: Le Vif

Deux ministres-présidents distincts pour la Région wallonne et la Communauté française: c'est un choix contraire à la promesse préélectorale faite tant par le PS que par le CDH. Tandis que "l'armée mexicaine" dérange...

PS et CDH renoncent à leur engagement

© Belga Image

Il fallait sauver le soldat Demotte! Ministre-président de la Région wallonne ET de la Communauté française (dites aussi: Fédération Wallonie-Bruxelles) lors de la précédente législature, le Tournaisien a dû cette fois céder son fauteuil namurois à Paul Magnette dans le casting final des gouvernements révélé lundi soir. Il conserve toutefois la ministre-présidence francophone. Il s'agissait, pour PS, de ne pas sanctionner un homme qui n'a pas démérité et qui bénéficie d'un réel soutien populaire.

Ce choix fait tout d'abord grincer des dents en interne au PS. Le Liégeois Jean-Claude-Marcourt avait annoncé son souhait de briguer la ministre-présidence : il n'obtient qu'un statu quo, même s'il garde la main sur le redressement économique wallon. Il voulait également rendre à la fédération liégeoise un poste dirigeant: celle-ci peut s'estimer à nouveau flouée de voir la désignation de deux ministre-présidences hennuyères. Les régionalistes du parti, quant à eux, voient d'un mauvais oeil la renaissance, dans les faits, d'une Communauté française dirigée par un vrai partisan de l'espace francophone. Claude Desama, ancien député européen PS, s'interroge notamment: "En deuil probable du fédéral, le PS ressuscite la Communauté française. Quelle est le pertinence de ce retour en arrière?"

Mais surtout, ce choix de désigner Magnette ET Demotte trompe les électeurs. Alors que les présidents de parti Elio Di Rupo et Benoît Lutgen jurent sur toutes les ondes que ces accords de gouvernement respectent leurs engagements préélectoraux (majorité progressiste, pas de nouvelles taxes...), ils mentent en ce qui concerne cette double ministre-présidence. "J'invite chaque personnalité politique à se souvenir de ses propres déclarations durant la campagne électorale", dit Benoît Lutgen, président du CDH.

Prenons-le au mot. Durant la campagne, Le Vif/ L'Express avait soumis à tous les partis francophones trente affirmations en leur demandant de les valider ou de les invalider.

Parmi celles-ci, l'affirmation suivante: "Il faut un ministre-président distinct pour la Région wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles." Tant le PS que le CDH y étaient explicitement... défavorables!

Voici leurs réponses intégrales, témoignant de leur renoncement post-électoral.

PS : "Le fait d'avoir un même Ministre-Président permet de renforcer les synergies et la cohérence des politiques menées, soit justement ce que les citoyens demandent. Il faudrait d'ailleurs réfléchir à un mécanisme similaire pour renforcer les liens entre la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Région Bruxelloise."

CDH : "En 2009, le cdH a plaidé pour que le ministre-président ait la double-casquette. Pour le cdH, il faut s'assurer que la Fédération Wallonie-Bruxelles poursuive son rôle de lien entre l'ensemble des francophones. Dans cet esprit, le Gouvernement de la Fédération doit être composé de membres issus des Gouvernements régionaux wallons et des membres francophones du Gouvernement bruxellois."

Ajoutons qu'en marge d'une interview croisée entre Paul Magnette et Charles Michel, réalisée début mai, nous avions demandé aux deux présidents de parti leur degré d'ambition relative à la ministre-présidence wallonne. "Je n'en ai pas l'aspiration", nous avait dit Paul Magnette. Avant d'ajouter: "Je suis très content d'être bourgmestre, c'est une fonction plus épanouissante que celle de ministre parce que l'on voit ce qu'on fait." Parfois, il est vrai, les circonstances imposent de changer d'avis...

Willy Borsus, chef de file de l'opposition libérale, a déjà réagi sur Twitter: "PS et CDH qui décident de l'austérité pour les gens tout en se créant des fonctions en plus de M-Pdt et de ministres! Indécent." Un message... retweeté audacieusement par... Theo Francken, député N-VA. Voilà un autre signe pour la Kamikaze/ Suédoise au fédéral...

Nos partenaires