Protection des policiers: les syndicats attendent la réaction de Jan Jambon

16/06/16 à 16:55 - Mise à jour à 16:55

Source: Belga

(Belga) Les syndicats de police se sont entretenus jeudi avec le directeur de l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM) et un représentant du cabinet du ministre de l'Intérieur. Après l'assassinat d'un couple de policiers en France et l'avertissement sur des attentats "imminents" relayé par plusieurs médias, ils ont manifesté leur inquiétude quant à la sécurité des policiers et ont exposé leurs revendications notamment concernant le port d'arme permanent et les mesures de sécurité qui doivent être appliquées indépendamment de la hausse ou de la baisse du niveau de menace.

Protection des policiers: les syndicats attendent la réaction de Jan Jambon

Protection des policiers: les syndicats attendent la réaction de Jan Jambon © BELGA

Le directeur de l'OCAM est revenu sur la méthodologie d'évaluation de l'organe, face à des syndicats qui s'interrogeaient sur la différence entre le niveau de menace 2+ pour les commissariats, soit "vigilance renforcée", et le reste du pays actuellement sous niveau 3 ("grave, possible et vraisemblable"). "Nous nous sommes accordés sur le fait qu'on ne peut pas établir de lien direct entre le niveau de menace et les mesures de sécurité à prendre", indique le président du SLFP Police, Vincent Gilles. Les syndicats ont donc demandé de "couper le cordon" entre niveau de menace et mesures de sécurité. "Nous avons demandé au ministre Jambon de trouver une manière de dissocier les deux. Certaines mesures de sécurité pourraient être pérennisées même si on descend d'un cran en niveau de menace", pointe le secrétaire permanent de la CSC Police, Stéphane Deldicque. En ce sens, ils demandent que Jan Jambon formule une directive claire pour uniformiser les mesures de sécurité à appliquer. "Actuellement, chaque chef de corps décide de la marche à suivre pour sa zone de police", explique le permanent Bruxelles du SNPS, Frédéric Fortunato. Ils ont également exigé qu'un débat de fond soit ouvert sur le port d'arme permanent. "Contrairement à la France où le ministre de l'Intérieur peut donner une injonction positive concernant le port d'arme pour les policiers, en Belgique la réglementation en vigueur ne le permet pas. A l'instar des policiers français, nous souhaitons que les agents belges soient aussi autorisés à porter leur arme en permanence", plaide M. Deldicque. Les syndicats attendent une réponse claire du ministre de l'Intérieur dans les prochains jours: "la balle est dans le camp de M. Jambon et nous l'invitons à la table des négociations. Dans le cas contraire, nous sommes prêts à déposer un préavis de grève", fait savoir M. Deldicque. Une rencontre aura lieu le 22 juin prochain dans le cadre des briefings réguliers entre syndicats policiers et le cabinet du ministre de l'Intérieur. Les syndicats annoncent d'ores et déjà qu'ils saisiront l'occasion pour remettre le sujet sur la table. (Belga)

Nos partenaires