Prolongation de Doel 1 et 2 - Le secteur du renouvelable dépose plainte auprès de la Commission européenne

22/02/16 à 19:26 - Mise à jour à 19:26

Source: Belga

(Belga) Des coopératives belges, néerlandaises et luxembourgeoises actives dans les énergies renouvelables ont formellement déposé plainte lundi auprès de la Commission européenne contre la prolongation des centrales nucléaires de Tihange 1 ainsi que de Doel 1 et 2. Elles se sentent désavantagées d'un point de vue économique et dénoncent également une aide d'Etat illégale, indique Greenpeace qui soutient la plainte des investisseurs dans les énergies alternatives.

Prolongation de Doel 1 et 2 - Le secteur du renouvelable dépose plainte auprès de la Commission européenne

Prolongation de Doel 1 et 2 - Le secteur du renouvelable dépose plainte auprès de la Commission européenne © BELGA

Le gouvernement fédéral a conclu à la fin de l'année dernière un accord avec Electrabel visant à prolonger de dix ans l'exploitation des anciennes centrales nucléaires. Selon les entreprises actives dans les énergies renouvelables, les conditions mises pour la prolongation constitue une forme d'aide d'Etat illégale, les autorités belges prenant en outre à leur charge une grande partie des risques économiques relatifs à la prolongation. "Les propriétaires des centrales nucléaires reçoivent les droits exclusifs sur l'exploitation des réacteurs après la prolongation contre une faible indemnisation dont il n'est pas prouvé qu'elle soit conforme au marché", explique Tom Willems d'Ecopower. "De plus, les exploitants des centrales nucléaires bénéficient d'une large exemption sur les impôts actuels et futurs tandis que l'Etat se porte garant via un règlement en dommages et intérêt pour les hauts rendements de la production nucléaire." Les coopératives énergétiques mettent également en garde contre une surcharge du réseau en regard surtout avec les efforts à fournir pour remplir les objectifs européens en matière d'énergies renouvelables à l'horizon 2020. "Au moment où elles seront les plus productives, les installations de production d'énergie renouvelable devront être mises à l'arrêt afin d'éviter une surcharge du réseau", indique-t-on encore. La rentabilité des installations de production d'énergie renouvelable sera également compromise, poursuit Tom Willems. "Les entrepreneurs qui ont investi dans la production alternative d'énergie sur base de l'ancien calendrier de sortie du nucléaire bénéficieront de moins d'heures de fonctionnement." (Belga)

Nos partenaires