Procès Wesphael: "Véronique avait déjà des lésions sur le corps avant le drame"

21/09/16 à 13:23 - Mise à jour à 13:25

Source: Belga

(Belga) Confronté au rapport du médecin légiste lors d'une troisième audition, le 13 décembre 2013, qui a duré 7h15, Bernard Wesphael évoque des lésions déjà existantes sur le corps de sa femme à la suite d'une chute dans l'escalier. Un résumé de cette audition a été raconté par un inspecteur mercredi et traduit simultanément devant la cour.

Procès Wesphael: "Véronique avait déjà des lésions sur le corps avant le drame"

Procès Wesphael: "Véronique avait déjà des lésions sur le corps avant le drame" © BELGA

"Le lundi de la semaine du drame, le soir, chez elle, elle est tombée dans l'escalier à cause de l'alcool à trois ou quatre reprises, lorsqu'elle montait. Elle rencontrait régulièrement des difficultés pour monter jusqu'au troisième étage, où se trouvait la chambre à coucher. Maintenant que j'y repense, Véronique était couverte de bleus (...) qui n'ont pas été constatés médicalement. Son fils en a réellement été le témoin", déclare Bernard Wesphael aux enquêteurs. Interrogé sur l'origine de chaque lésion découverte sur le corps de la victime par le légiste, l'accusé renvoie aux trois chutes de Véronique Pirotton le soir des faits. "Je suis convaincu que je ne porte pas de responsabilités pour ces lésions. (...) Je veux préciser que je n'ai pas mis fin aux jours de mon épouse." Il ajoute avoir vu "deux visages" de Véronique Pirotton après son décès. L'accusé indique que, selon un inspecteur, certaines lésions, dont aux lèvres, étaient dues à l'appareillage de la réanimation. "Le visage a été montré dans cet état à la famille. Cela a fait penser à la famille que je l'avais frappée. (...) Tout le monde qui, ce jour-là, aurait vu le visage de Véronique, aurait dit la même chose. Moi-même j'ai trouvé facile de considérer qu'elle avait en effet reçu des coups de poing dans la figure." (Belga)

Nos partenaires