Procès Wesphael : l'écueil des traductions

21/09/16 à 10:05 - Mise à jour à 10:05

Source: Le Vif

La juge et les enquêteurs brugeois doivent défendre leur travail avec le handicap linguistique et, donc, la présence de traducteurs, qui ne vont pas assez vite ou pas assez dans la subtilité.

La cour d'assises jette ses derniers feux à Mons. Le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), envisageant, en effet sa suppression pure et simple. Dans cette hypothèse, l'affaire Wesphael sera l'un des derniers grands procès à l'ancienne, déployant sa temporalité dramatique sur trois semaines, permettant aux avocats de déployer leur pugnacité et leurs effets de manche et au jury populaire de se former une opinion.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires