Procès Bernard Wesphael - Une lettre d'Oswald D. à Véronique Pirotton retrouvée dans l'ordinateur de l'accusé

22/09/16 à 12:21 - Mise à jour à 12:23

Source: Belga

(Belga) Une lettre écrite plus que probablement par Oswald D., ex-compagnon et amant de Véronique Pirotton, à cette dernière, a été retrouvée dans l'ordinateur de Bernard Wesphael par les enquêteurs lors d'une perquisition le 7 novembre 2013 au domicile de la victime, où vivait l'accusé. Ce document Word a été rédigé le 26 octobre 2013 à 19h12, soit cinq jours avant les faits à Ostende.

Procès Bernard Wesphael - Une lettre d'Oswald D. à Véronique Pirotton retrouvée dans l'ordinateur de l'accusé

Procès Bernard Wesphael - Une lettre d'Oswald D. à Véronique Pirotton retrouvée dans l'ordinateur de l'accusé © BELGA

Le document avait été supprimé de l'ordinateur, et n'était donc plus visible pour un utilisateur "normal", a précisé l'enquêteur jeudi. "W. n'est pas parti comme tu me l'annonçais avec fermeté la semaine dernière. Je le pressentais, hélas. Il ne faut pas que ça t'inquiète outre mesure." L'accusé y est décrit comme "un chose inerte" s'étant installée chez la victime "comme une méduse échouée sur une plage". "Cette expropriation le met dans l'embarras, car il ne sait pas où il va aller. Il ne veut pas non plus te faire de cadeau, nous savons pourquoi", est-il encore écrit. "Les méthodes à l'amiable ne fonctionneront pas avec lui. Il ne fait que de la résistance bête et méchante qui témoigne de son immaturité et son incapacité à résoudre le problème qui vous occupe. Il est dans le déni de la réalité" et atteint d'une "psychose plus ou moins compensée, à moins qu'il ne soit stupide ou de mauvaise foi". Oswald D. ajoute que "l'éviction" de Bernard Wesphael est éprouvante "bien que salutaire pour la santé psychique" de Véronique Pirotton. "Sans tarder, tu dois prendre conseil auprès d'un avocat pour savoir ce qu'il convient de faire pour qu'il débarrasse le plancher", écrit-il. "Il ne peut plus te faire croire qu'il ne sait pas ce qu'il en est entre nous et que votre situation est en complète déliquescence. (...) Ne cède pas à ses pressions, ce chantage et ses manipulations perverses qui n'ont que le but de te détruire." Le courrier est signé, "je t'aime, ton Os". Le président a questionné les enquêteurs pour savoir s'il est possible de savoir quand le fichier est apparu sur le disque dur, ce qui n'a pas pu être établi. L'ordinateur a cependant visiblement été utilisé le 30 octobre à 18h58 ainsi qu'entre le 1er novembre vers 23h00 et le 7 novembre à 6h00 du matin. Me Bauwens, avocat de la défense, a soulevé que le 30 octobre à 18h58, son client était en voiture vers Ostende et le fils de la victime absent, et que Bernard Wesphael était par ailleurs déjà privé de liberté aux autres dates. Les enquêteurs ont également confirmé devant la cour que la famille de la victime était présente chez celle-ci le jour de la perquisition. (Belga)

Nos partenaires