Procès Abdeslam - "Il y aura débat sur la peine maximale qui peut être infligée"

05/02/18 à 09:08 - Mise à jour à 09:09

Source: Belga

(Belga) L'ampleur de la peine à laquelle pourront être condamnés Salah Abdeslam et Sofien Ayari, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, fera inévitablement l'objet de débats entre le procureur fédéral et la défense, a expliqué lundi matin le président du tribunal de première instance de Bruxelles, Luc Hennart. La loi permettant la correctionnalisation de tels dossiers, entre-temps annulée par la Cour constitutionnelle, prévoyait qu'une peine de 40 ans pouvait être infligée.

Les centaines de journalistes accrédités ont mis de longues minutes à pénétrer dans le palais de justice lundi matin, en raison des mesures de sécurité particulières mises en place par la police. Même s'il concède que son téléphone a particulièrement chauffé durant les derniers jours précédant ce procès "incontestablement hors-norme", Luc Hennart se dit "serein et heureux" du déroulement des événements jusqu'à présent. Le président du tribunal de première instance a fait face à de nombreuses questions sur l'ampleur de la peine qui pourrait être infligée aux deux prévenus. "Il y aura des débats", prévoit-il. "C'est une conséquence de l'arrêt qui a annulé la loi sur la correctionnalisation de tels faits. Si le procureur réclame 40 ans de réclusion, il est probable que la défense fera valoir que la peine maximale est de 20 ans." En principe, le procès devrait débuter à 8h45, par la lecture des faits reprochés aux prévenus par la présidente Marie-France Keutgen. La constitution de partie civile attendue d'une association de victimes des attentats de Bruxelles n'entraînera pas de report, a encore assuré M. Hennart. (Belga)

Nos partenaires