Prison de Saint-Gilles : la police menace de faire grève à son tour

26/07/11 à 11:58 - Mise à jour à 11:58

Source: Le Vif

Les policiers de la zone Bruxelles-Midi, chargés d'assurer la surveillance de la prison de Saint-Gilles, à la suite de la grève entamée par les gardiens, menacent de se mettre en grève à leur tour, selon le Syndicat Libre de la Fonction Publique (SLFP).

Prison de Saint-Gilles : la police menace de faire grève à son tour

© Belga

"Cette situation se produit au détriment de la sécurité des citoyens. Des policiers dans les prisons signifient moins d'agents dans les rues. La justice doit régler ses problèmes structurels, et arrêter de toujours compter sur la police", a précisé le syndicat.

La grève des agents pénitentiaires est intervenue après que les gardiens ont appris l'arrivée prochaine à Saint-Gilles de Farid Bamouhammad, un détenu réputé difficile. Le transfert de celui-ci à Saint-Gilles fait l'objet d'une rumeur encore non confirmée.

Les gardiens de la prison bruxelloise déplorent également que plusieurs collègues expérimentés aient été remplacés ces derniers temps par de jeunes recrues.

Selon les syndicats des agents de la prison de Saint-Gilles, il manque une trentaine de gardiens pour garantir le bon fonctionnement du centre carcéral.

Ils craignent en outre que la situation s'aggrave, avec la construction d'une nouvelle aile, qui pourra accueillir 150 nouveaux détenus.

Une réunion de concertation est prévue mardi à 13h entre les syndicats et l'administration pénitentiaire. Jusque 14h, le service sera assuré par la police fédérale, avant d'être relayée par 25 agents de police de la zone Bruxelles-Midi.

"La ministre Turtelbomm n'a aucune connaissance du milieu carcéral"

Depuis la signature du protocole d'accord en avril dernier, qui prévoit que les gardiens de prison doivent prévenir de leur intention de faire grève 7 jours avant le début de l'action, les policiers sont intervenus huit fois plus que l'année précédente pour remplacer des gardiens grévistes. La ministre de l'Intérieur Annemie Turtelboom plaide depuis longtemps pour la mise en place d'un service minimum en cas de grève dans les prisons, mais les syndicats s'y opposent fermement.

La ministre en affaires courantes a déclaré mardi, dans le journal De Morgen: "Nous sommes arrivés à un point où le fait de plaider pour un service minimum est légitime. Le gentlemen's agreement ne fonctionne pas. Il est temps que les gardiens prennent leurs responsabilités."

"La ministre n'a aucune connaissance du milieu carcéral", a répondu Didier Breulheid, délégué permanent CSC à la prison de Lantin.

Entre les problèmes liés à la surpopulation carcérale, et les agents pénitentiaires recrutés pour trois mois qui n'ont pas le temps d'être formés valablement, le délégué du syndicat chrétien estime que c'est l'impasse totale. "Il existe un service réduit qui oeuvre en permanence dans une prison en grève. Je comprends l'ennui causé par la mobilisation policière, qui a un coût, mais le problème ne se réglera pas de cette façon", a-t-il ajouté.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires