Présidentielle française - L'ombre de Trump plane sur le dernier débat entre les candidats à la primaire de droite

17/11/16 à 09:05 - Mise à jour à 09:07

Source: Belga

(Belga) L'élection de Donald Trump à la Maison Blanche sur un programme populiste pèse sur la course présidentielle en France et nourrit les tensions entre les prétendants à l'investiture de la droite, face à une extrême droite remontée à bloc. Le sujet sera immanquablement abordé jeudi soir lors du dernier débat télévisé entre les sept candidats à la primaire de droite, avant le premier tour de scrutin prévu dimanche.

Présidentielle française - L'ombre de Trump plane sur le dernier débat entre les candidats à la primaire de droite

Présidentielle française - L'ombre de Trump plane sur le dernier débat entre les candidats à la primaire de droite © BELGA

L'enjeu de cette primaire est de taille: de l'avis des sondeurs, le champion désigné de la droite devrait remporter l'élection présidentielle au second tour, en mai 2017, face la présidente du Front national (FN, extrême droite) Marine Le Pen. Les deux favoris, l'ex-Premier ministre Alain Juppé et l'ex-président Nicolas Sarkozy, se présentent chacun comme le meilleur recours face à l'extrême droite, mais avec des stratégies radicalement opposées. Prompt à capitaliser sur le rejet des élites et de la mondialisation, Nicolas Sarkozy, 61 ans, s'est auto-proclamé "défenseur des déclassés", à rebours de son image de "président des riches" héritée de son passage à l'Elysée, entre 2007 et 2012. Il a adopté une ligne très droitière censée répondre aux préoccupations des Français sur l'immigration, l'islam ou la sécurité, dans un pays traumatisé par une série d'attentats et inquiet face à des flux migratoires sans précédent en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. A l'inverse, Alain Juppé, 71 ans, mise sur les voix des sympathisants de la droite modérée et du centre pour remporter la primaire puis sur sa capacité à rassembler tous ceux qui rejettent l'extrême droite pour s'imposer à la présidentielle. La droite doit aussi composer avec un troisième homme: l'ex-Premier ministre François Fillon (2007-2012) qui a opéré une forte remontée dans les derniers sondages et menace soudain le duel annoncé Juppé-Sarkozy. (Belga)

Nos partenaires