Présidentielle en Autriche: dernier débat belliqueux entre les deux candidats

02/12/16 à 00:54 - Mise à jour à 00:56

Source: Belga

(Belga) Les deux rivaux à l'élection présidentielle autrichienne de dimanche, l'écologiste Alexander Van der Bellen et le candidat d'extrême droite Nobert Hofer se sont âprement affrontés jeudi lors d'un dernier débat télévisé sur des sujets allant de l'Union européenne à Donald Trump ou Marine Le Pen, en passant par des accusations d'espionnage.

Présidentielle en Autriche: dernier débat belliqueux entre les deux candidats

Présidentielle en Autriche: dernier débat belliqueux entre les deux candidats © BELGA

Norbert Hofer, 45 ans, candidat du parti d'extrême droite FPÖ (parti de la liberté) a semblé accuser Alexander Van der Bellen, 72 ans, d'avoir espionné pour le compte de l'Union soviétique au cours de la guerre froide, en citant un ouvrage écrit par un ancien membre des services de renseignement autrichiens. Ces propos sont "les plus affligeants que j'ai entendus depuis longtemps", a rétorqué avec indignation M. Van der Bellen. "Si j'avais été au courant de ces affirmations contenues dans le livre, nous aurions intenté une action en justice ... c'est ridicule". Puis lorsque le candidat écologiste a affirmé que M. Hofer et le FPÖ voulaient que l'Autriche sorte de l'Union européenne, ce dernier l'a traité de "menteur". M. Hofer a assuré qu'il prévoierait l'organisation d'un referendum sur l'appartenance de l'Autriche à l'UE si la Turquie rejoignait l'Union ou si celle-ci devenait trop centralisée. Le candidat d'extrême droite a accusé M. Van der Bellen d'avoir insulté le président élu des Etats-Unis Donald Trump. M. Van der Bellen a dit avoir été indigné par "les commentaires sexistes" faits par Donald Trump au cours de sa campagne pour l'élection présidentielle américaine. Au cours du débat, M. Van der Bellen a exhibé deux photos de Marine Le Pen, chef du parti français d'extrême droite Front National et candidate à l'élection présidentielle de 2017, dont une montrant M. Hofer en train de lui baiser la main à Vienne. "Connaissez-vous cette dame ?", a lancé M. Van der Bellen ? "Mais peut-être que tous les téléspecteurs ne la connaissent pas. C'est Marine Le Pen, qui dit haut et fort 'je veux détruire l'UE'. Vous avez avec elle les meilleures relations du monde", s'est-il exclamé. Vendredi, les deux candidats rivaux doivent achever leur campagne électorale avant le scrutin de dimanche. Les deux candidats sont au coude à coude dans les sondages. M. Van der Bellen avait battu de justesse, à 31.000 voix près, M. Hofer en mai, mais le FPÖ avait réussi à faire annuler ce scrutin pour vices de forme. Une victoire de M. Hofer à l'élection serait aussi une victoire symbolique pour les autres partis populistes européens, avant plusieurs élections prévues en 2017, dont la présidentielle en France. (Belga)

Nos partenaires