Présidentielle au Honduras - Un technicien de l'OEA effectue un audit informatique du scrutin contesté

13/12/17 à 02:07 - Mise à jour à 02:08

Source: Belga

(Belga) Un technicien de l'Organisation des Etats américains (OEA) a entamé un audit du système informatique utilisé au Honduras lors du scrutin présidentiel du 26 novembre, dont les résultats sont toujours contestés, a annoncé mardi le tribunal électoral. "Un technicien informaticien argentin de l'OEA a démarré, avec les techniciens du tribunal, l'audit de tout le système" ayant servi à compter les votes de l'élection, a indiqué David Matamoros, président du tribunal. Cette équipe d'experts "a demandé des informations sur le serveur et nous leur offrons toute la coopération" nécessaire, a-t-il ajouté.

Dans cette élection en forme de coude à coude entre le président sortant Juan Orlando Hernandez et son principal opposant, de gauche, Salvador Nasralla (Alliance de l'opposition contre la dictature), une personnalité de la télévision, les autorités électorales n'ont toujours pas officiellement désigné un vainqueur. Après des interruptions informatiques, plusieurs jours de protestations populaires, ainsi qu'un recomptage partiel des bulletins de certaines urnes, les derniers résultats, complets, qu'elles avaient dévoilés donnaient un mince avantage à "JOH". L'opposition continue cependant de parler de fraudes électorales. Les premiers résultats partiels dévoilés après l'élection avaient en effet révélé une avance pour Nasralla, avant un retournement de situation inattendu. L'opposition pointe notamment, documents à l'appui, un grand nombre de procès-verbaux de bureaux de vote, qu'elle juge frauduleux ou anormaux. Salvador Nasralla a annoncé aux journalistes avoir remis aux deux missions d'observation, de l'Union européenne et de l'OEA, un mémoire avec 80% des procès-verbaux qui feraient de lui le vainqueur de l'élection. "Nous ne doutons pas que" ces deux missions "auront pu constater lors de leur processus d'observation la fraude éhontée" du camp du président sortant, a-t-il déclaré. Un rapport d'Amnesty International publié au Mexique affirme qu'au moins 14 personnes sont mortes dans les manifestations des derniers jours. Les autorités honduriennes ont confirmé seulement trois décès. (Belga)

Nos partenaires