Présidentielle au Honduras: toujours pas de vainqueur, faute d'accord sur le décompte

03/12/17 à 00:31 - Mise à jour à 00:33

Source: Belga

(Belga) Six jours après la présidentielle, faute d'accord sur le décompte des voix, le Honduras n'avait toujours pas déterminé samedi le vainqueur du scrutin qui se joue entre le candidat de l'opposition de gauche et le président sortant, de droite.

Marlon Ochoa, le directeur de campagne de Salvador Nasralla, candidat de l'Alliance de l'Opposition contre la dictature, a expliqué à la presse que son parti travaillait à un accord avec le président du Tribunal suprême électoral (TSE), David Matamoros, pour poursuivre le dépouillement sur la base de 11 critères, censés garantir davantage des résultats transparents que l'opposition sera "prête à accepter". Au fur et à mesure du décompte des voix, les résultats, très serrés, se sont inversés en faveur du chef de l'Etat sortant, Juan Orlando Hernandez, qui était vendredi en tête avec 42,92% des voix devant son rival de gauche Salvador Nasralla, crédité de 41,42%. Le TSE a ensuite arrêté de communiquer les résultats des opérations de dépouillement, de cette présidentielle qui ne compte qu'un seul tour. Face aux soupçons de fraude électorale, l'opposition exige la vérification de 5.174 procès-verbaux qui ont été transmis après de fréquentes interruptions du système informatique. Selon Marlon Ochoa, l'opposition exige aussi le réexamen de 1.006 procès-verbaux présentant des incohérences sur le nombre de votes, l'absence de signatures ou d'autres irrégularités. Autre exigence: la vérification des urnes provenant de trois départements de l'ouest du pays ayant enregistré un taux de participation de 70 à 75% alors que la moyenne nationale est de 50 à 55%. Le président conservateur vise la réélection, mais sa candidature est contestée par l'opposition car elle se fonde sur une décision controversée de la Cour suprême l'autorisant à briguer un second mandat malgré l'interdiction de la Constitution. (Belga)

Nos partenaires