Près de 40% des facturations aux urgences ne correspondent pas aux soins apportés

10/06/15 à 10:11 - Mise à jour à 10:11

Source: Belga

Près de 40% des facturations des services d'urgences ne correspondent pas aux soins apportés, selon une enquête menée par le service de contrôle de l'Inami (SECM).

Près de 40% des facturations aux urgences ne correspondent pas aux soins apportés

© BELGA

Le SECM a examiné en détail les factures de plus de 3.000 patients entre le 27 et le 29 novembre 2011, révèle Le Soir. "Plus de 39% des facturations montrent des divergences avec la réalité de ce qui a été effectué à l'hôpital", explique Georges Desart, médecin inspecteur général.

"Le médecin qui facture n'est pas toujours celui qui a vu le patient." En facturant par exemple sur la base du nom du médecin urgentiste, l'hôpital peut empocher 40 euros eu lieu de 22, estime Le Soir.

"Certains hôpitaux font systématiquement recours à des spécialistes et d'autres jamais. Cela coûte à la sécu", ajoute le Dr Desart. "Je ne suis pas sûr qu'il faille y voir de la malice", répond le codirecteur d'un service d'urgences qui a requis l'anonymat. "Je ne doute pas que leur constat soit basé sur des documents que je suppose exacts (...), mais ils ne se rendent pas compte que c'est un peu comme demander à un soldat au front d'envoyer un rapport régulier sur le nombre de balles qu'il a employées."

Le SECM affirme avoir écrit aux hôpitaux pour rappeler les règles et promet de débarquer à l'automne dans les services pour vérifier s'ils ont été bien lus.

En savoir plus sur:

Nos partenaires