Prépensions : le PS dénonce la décision du gouvernement, qui "met la concertation sociale en danger"

09/03/15 à 18:27 - Mise à jour à 18:27

Source: Belga

Le Parti socialiste a dénoncé lundi les modifications apportées par le gouvernement au compromis du Groupe des 10 relatif à la disponibilité des chômeurs âgés et des prépensionnés, accusant l'équipe Michel de "mettre la concertation sociale en danger".

Prépensions : le PS dénonce la décision du gouvernement, qui "met la concertation sociale en danger"

© Belga

Au lieu de s'en prendre aux prépensionnés, le gouvernement MR N-VA ferait mieux de créer de l'emploi, en particulier pour les jeunes et les personnes dans la force de l'âge, a indiqué le PS dans un communiqué.

Pour le PS, l'emploi des jeunes et des personnes dans la force de l'âge représente la priorité des priorités: c'est à cela qu'il faut consacrer tous les efforts, comme le font les gouvernements avec le PS, en Wallonie et à Bruxelles, en mettant notamment en place la "garantie jeunes" et le "contrat d'insertion".

"Au lieu de ça, après le saut d'index, après le recul de l'âge légal de la pension, après les réductions de revenus pour les travailleurs à temps partiel, le gouvernement MR N-VA agit une nouvelle fois contre les travailleurs. Il ne prévoit aucune mesure positive et efficace pour créer de l'emploi et permettre le maintien au travail dans de bonnes conditions", dénoncent les socialistes francophones.

"Alors que les partenaires sociaux s'étaient unanimement mis d'accord sur la question des prépensions, le gouvernement détricote gravement l'accord et met la concertation sociale en danger", ajoute le PS. Selon lui, il est inacceptable que le gouvernement MR N-VA augmente drastiquement l'âge d'accès à la prépension et mette la pression sur les prépensionnés, alors qu'il ne prend aucune mesure positive pour favoriser la création d'emploi.

Le gouvernement MR N-VA essaie par ailleurs une nouvelle fois de faire porter aux Régions le poids de ses mesures antisociales, après la non-indexation des loyers, le Thalys wallon et l'impôt sur la fortune, conclut le texte du PS.

En savoir plus sur:

Nos partenaires