Première en Belgique: condamné à installer un alcolock

08/02/11 à 19:02 - Mise à jour à 19:02

Source: Le Vif

Le jugement du tribunal de police de Verviers condamnant mardi un homme à installer un alcolock sur son véhicule est une première en Belgique, a précisé mardi l'Institut Belge pour la Sécurité Routière (IBSR).

Première en Belgique: condamné à installer un alcolock

© BELGA

Les juges ont la possibilité d'imposer l'installation d'un tel système depuis décembre dernier, mais n'avaient jusqu'à présent pas eu recours à ce type de condamnation.

L'alcolock est un dispositif qui oblige le conducteur à souffler dans un éthylotest avant de pouvoir faire démarrer son véhicule. Si le test est positif, l'appareil bloque le démarreur de la voiture. "Les arrêtés d'exécution ont été publiés en décembre 2010", a expliqué le porte-parole de l'IBSR.

"C'était la première étape, la plus importante. N'oublions pas que la Belgique est pionnière en la matière" en étant le deuxième pays européen, après la Finlande, à inscrire le recours aux programmes alcolock dans sa législation. Toutefois, il n'est pas encore possible d'installer les "antidémarreurs éthylométriques" sur une voiture en Belgique. "Il reste deux étapes à franchir, mais le plus difficile est fait", a reconnu le porte-parole de l'IBSR. "Le premier obstacle est technique: les fabricants doivent avoir le temps d'adapter le système aux normes belges et de le faire homologuer par le service Métrologie du SPF Economie.

Ensuite, des organismes d'encadrement doivent être désignés par le SPF Mobilité afin d'assurer le suivi du programme (médical et psychologique) et vérifier que le condamné respecte le jugement." "Des réunions se tiennent régulièrement. Ca prend du temps, mais c'est normal", explique l'IBSR, qui a bon espoir que tout sera arrangé rapidement, avant l'application du jugement prononcé mardi à Verviers.

Quant au coût de l'installation d'un alcolock, pouvant monter jusqu'à 2.000 euros, il sera à charge du justiciable. Le juge pourrait cependant décider de le déduire du montant de l'amende, en fonction des cas. D'après certaines statistiques, le taux de récidive chute de 65 pc à 90 pc grâce à ce système. Ce dernier s'adresse aux conducteurs présentant un profil à risque très élevé et est nettement plus performant qu'une déchéance du droit de conduire.

LeVif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires