Préformateur: discrétion et nervosité pour une semaine cruciale

09/08/10 à 16:41 - Mise à jour à 16:41

Source: Le Vif

Comme prévu, le préformateur Elio Di Rupo a poursuivi ces derniers jours ses contacts bilatéraux approfondis. Il les continue lundi et mardi. Une plénière avec sept partis est prévue mercredi et les jours suivants.

Préformateur: discrétion et nervosité pour une semaine cruciale

© Belga

La plus grande discrétion reste de mise dans l'entourage du préformateur tout comme dans les partis préssentis pour soutenir une réforme de l'Etat (N-VA, PS, CD&V, cdH, sp.a, Ecolo et Groen!). On sent cependant poindre une certaine nervosité chez certains en ce début de semaine qualifiée de cruciale par d'aucuns.

Selon De Standaard, le délicat dossier du bouclage du ring d'Anvers s'est invité à la table de la négociation fédérale. Le choix entre la construction de quatre tunnels ou d'un pont (Lange Wapper) pour assurer ce bouclage et désengorger la ville divise la majorité flamande et oppose surtout la N-VA et le sp.a.

Interrogé à ce propos, le porte-parole du préformateur s'est contenté de dire qu'Elio Di Rupo était au courant de ce dossier. Il s'est refusé à tout autre commentaire.

Certains observateurs font remarquer que c'est un des inconvénients possibles des "majorités miroirs" (regroupant les partis au pouvoir dans les entités fédérées). "Avec ce type de majorité il existe un risque d'exportation vers le fédéral des différends opposant les partis au niveau régional. Par contre, il peut permettre une meilleure collaboration quand tout va bien", commentait un proche de la négociation.

Du côté flamand, on craint surtout que si les études réalisées actuellement mènent à opter pour la construction du pont, le sp.a ne claque la porte du gouvernement flamand, ce qui mettrait à mal le montage "miroir", même si la présidente des socialistes flamands, Caroline Gennez, a fait savoir lundi que pour elle le dossier était uniquement flamand.

Au printemps, le gouvernement flamand avait déjà connu des tensions autour de ce dossier et on avait alors évoqué la possibilité que l'Open Vld remplace le sp.a. Pour calmer les esprits, le gouvernement flamand a pris une "double décision" à savoir tester la possibilité de construire quatre tunnels et si cette formule ne s'avère pas possible construire un pont.

Toutefois, le sp.a avec le bourgmestre d'Anvers Patrick Janssens en tête, ne veut pas de la construction du pont, dont l'idée a été rejetée par un référendum en octobre dernier.

Par ailleurs, pour la réunion plénière annoncée pour mercredi, plusieurs partis dont Ecolo attendent un document, qualifié par les verts de "non paper". "Il faudra bien que Di Rupo sorte du bois et oblige De Wever à faire de même" commentait un proche de la négociation.

A l'occasion de ses 70 ans, l'ancien premier ministre CD&V Jean-Luc Dehaene a dit qu'à son avis les deux vainqueurs des élections du 13 juin (N-VA et PS) devaient d'abord se mettre d'accord entre eux avant d'engager une négociation avec les autres partenaires potentiels. Interrogé, l'ancien ministre sp.a Willy Claes a marqué son accord avec cette vision.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires