Pourquoi les déclarations de Jan Jambon (N-VA) suscitent-elles la polémique en Flandre?

12/05/14 à 11:07 - Mise à jour à 11:07

Source: Le Vif

Ce week-end, les propos du député N-VA Jan Jambon ont déchaîné une vive polémique. Le nationaliste flamand aurait en effet déclaré qu'il fallait vendre sa maison avant d'avoir droit à un salaire minimum. Lors d'une conférence de presse réunie hâtivement par Bart De Wever, Jambon dément avoir tenu ces propos. Qu'a-t-il vraiment déclaré ?

Pourquoi les déclarations de Jan Jambon (N-VA) suscitent-elles la polémique en Flandre?

© Belga

À l'occasion d'une interview croisée avec le président de Groen, Wouter Van Besien, Het Nieuwsblad a interrogé les deux politiques sur les allocations de chômage. Pour la N-VA, elles doivent être limitées à trois ans. Ensuite, les demandeurs d'emploi devraient retomber sur le revenu d'intégration. À la question de Wouter Van Besien, "Vous dites donc aux personnes qui ont été licenciées chez Ford et qui n'ont pas encore de travail après trois ans, qu'elles doivent vendre leur maison avant de retomber sur un revenu d'intégration?", Jambon a répondu "Je dis à cet ouvrier de Ford qu'il a trois ans pour chercher un emploi. Mais aussi que nous allons l'aider en tant qu'état ".

À la question du journaliste "Est-ce une caricature de dire qu'il faut vendre sa maison et dépenser ses économies avant d'avoir droit à un revenu d'intégration ?", Jan Jambon a répondu "Si vous avez autant de moyens, il faut les utiliser avant de faire appel à l'état. Une indemnité sert à empêcher les gens de tomber dans la pauvreté".

S'il est vrai que ses propos sont imprécis et peuvent prêter à confusion quant à la nature des moyens à utiliser avant d'avoir droit à un revenu d'intégration, la une du journal "D'abord vendre la maison, puis seulement le revenu d'intégration" ne reprend pas littéralement les déclarations du député flamand. Selon le quotidien, Jambon aurait relu l'interview deux fois avant sa parution. Cependant, il est peu probable qu'il ait également eu le titre sous les yeux.

Même si la N-VA a tenu à rectifier les déclarations maladroites de Jambon ce week-end en précisant que "la propre maison doit être exemptée de l'examen des ressources pour les personnes qui tombent sous le coup du revenu d'intégration", la polémique continue à faire rage en Flandre où la majorité des éditorialistes reviennent sur les déclarations de Jambon.

Nos partenaires