Pour Wathelet, la CREG met en péril l'approvisionnement énergétique

08/05/13 à 19:27 - Mise à jour à 19:27

Source: Le Vif

Le secrétaire d'Etat à l'Energie Melchior Wathelet a dit avec force mercredi à la Chambre qu'il ne prendrait aucune décision qui mettrait en danger la sécurité d'approvisionnement en électricité. Il a aussi dit espérer que le revirement de la CREG n'était pas dû au fait que le mandat des quatre directeurs est arrivé à échéance.

Pour Wathelet, la CREG met en péril l'approvisionnement énergétique

© Belga

Le gouvernement a décidé de sortir du nucléaire et, dans ce cadre, pour assurer la pérennité de la production d'électricité, il a décidé de soutenir les centrales au gaz. Il a demandé à la CREG un avis sur l'appel d'offre à lancer pour ces centrales.

Or, l'avis rendu par la CREG porte sur l'ensemble de la politique et constitue un revirement total par rapport aux positions défendues jusqu'à présent par le régulateur. Il plaide maintenant pour le maintien des centrales nucléaires et critique la volonté du gouvernement de soutenir les centrales au gaz.

Interrogé à ce sujet par Damien Thiery (FDF), David Clarinval (MR), Laurence Meire (PS), Bert Wollants (N-VA) et Willem-Frederik Schiltz (Open Vld), M. Wathelet a répété son étonnement devant ce revirement. D'après lui, la position adoptée par le régulateur met en péril la sécurité de l'approvisionnement énergétique de la Belgique en 2016-2017. Si on suivait l'attitude de la CREG, on se contenterait de prolonger les centrales existantes et on n'attirerait aucun nouvel investissement pour de nouvelles centrales indispensables à terme, quel que soit le type de centrale, a-t-il dit.

Et d'insister qu'en tant que secrétaire d'Etat il a pris l'engagement d'assurer l'approvisionnement en électricité et qu'il veillerait à respecter cet engagement.

M. Wathelet a encore ajouté qu'il espérait que le revirement de la CREG n'était pas lié au fait qu'il fallait renouveler les mandats des quatre directeurs du régulateur.

Ces mandats sont arrivés à échéance en février 2013. Deux des directeurs ne peuvent être renouvelés puisqu'ils ont dépassé la limite d'âge et les deux autres ont déjà fait deux mandats et ne sont pas candidats à leur prolongation, a indiqué M. Wathelet en marge de la séance plénière. Ces nominations sont liés à l'ensemble d'un paquet de nominations sur lequel le gouvernement doit se mettre d'accord. Dans leur intervention MM. Wollants et Clarinval ont proposé que la Chambre organise une audition des membres de la CREG sur le sujet.

Nos partenaires