Pour la première fois, les malades coûteront plus cher que les chômeurs

22/11/16 à 10:40 - Mise à jour à 10:48

Source: De Morgen

À en croire un pronostic de la ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld) consulté par le quotidien De Morgen, en 2017 l'état dépensera plus pour les malades que pour les chômeurs.

Pour la première fois, les malades coûteront plus cher que les chômeurs

Maggie De Block © BELGA

Maggie De Block estime que les dépenses pour les personnes en incapacité de travail atteindront 7,96 milliards d'euros. Ce montant est un peu plus élevé que les dépenses en baisse pour le chômage, 7,79 milliards d'euros, ce qui signifie que la baisse de chômage est annulée par la hausse de maladies chroniques.

Interrogé par De Morgen, Stijn Baert, professeur en économie du travail aux universités de Gand et d'Anvers, explique cette évolution. Selon lui la suppression de la préretraite incite les gens qui ne se voient plus aller travailler à s'adresser au généraliste. Autrefois, ces personnes étaient plus vite au chômage. Il ajoute qu'il faut plus de médecins de contrôle. "Tout le monde a ses maux, mais cela ne signifie pas qu'on ne peut plus rien faire. En ces temps de vieillissement, nous avons besoin de tous ceux qui peuvent suivre."

Il pointe également les employeurs du doigt. Une expérience révèle en effet que les candidats ayant un passé dépressif sont nettement moins souvent invités à un entretien d'embauche que les autres. Aussi estime-t-il qu'il faut mieux contrôler les employés.

La porte-parole de Maggie De Block souligne qu'ils laisseront les malades tranquilles. Cependant, ajoute-t-elle, "les chiffres démontrent qu'il est important de réintégrer les malades de longue durée au marché du travail. Ceux qui recommencent à travailler, un jour par semaine par exemple, voient diminuer leur indemnité. Nous allons adoucir cette régression. Le premier jour travaillé par semaine sera 'gratuit'. Vous conservez donc votre salaire et vos indemnités de maladie." (CB)

Nos partenaires