"Pour la N-VA, catholique semble synonyme d'anti-islam"

13/05/16 à 10:46 - Mise à jour à 10:46

Source: Knack

Contrairement à ce que prétend la N-VA, le professeur Didier Pollefeyt déclare que "l'école du dialogue" bénéficie d'énormément de soutien. Il tire cette conclusion après une enquête réalisée auprès de 360 membres de direction d'écoles.

"Pour la N-VA, catholique semble synonyme d'anti-islam"

La ministre flamande de l'enseignement Hilde Crevits visite une école à Gand. © Belga

La proposition lancée par Lieven Boeve, le directeur de l'enseignement catholique (un modèle où les autres religions et conceptions philosophiques jouent un rôle particulièrement important), a été très critiquée par la N-VA . "Si on fait de la place à l'islam, pourquoi pas à la doctrine du spaghetti volant ?", a même déclaré le président de la N-VA, Bart De Wever. Son parti trouve que l'enseignement catholique brade son identité, et affirme que la décision ne plaît pas aux directeurs d'école.

Soutien énorme

Selon De Standaard, cette dernière affirmation est fausse. Le journal cite une enquête du professeur et théologien Didier Pollefeyt (KU Leuven) qui révèle qu'une grande partie des écoles flamandes éprouvent une nette préférence pour l'école du dialogue. Le chercheur s'est entretenu avec 360 membres de direction (environ 6 écoles flamandes) et 90% indiquent que leurs écoles appliquent déjà le concept. En outre, 90% estiment que ce modèle devrait être la norme pour l'avenir.

Selon Pollefeyt, ladite école du dialogue bénéficie d'un soutien énorme. D'où alors la tempête de critiques ? "La proposition a immédiatement été islamisée. Alors que le dialogue n'entraîne pas automatiquement l'islamisation", explique le professeur.

Hospitalité

Par ailleurs, le professeur s'interroge sur la définition de catholique de la N-VA: "Je me demande ce que le parti comprend par là. Pour la N-VA, catholique semble synonyme d'anti-islam". Selon lui, le parti se réfère davantage à la culture ou à l'identité plutôt qu'à la connotation religieuse.

Le théologien, qui éprouve une préférence pour l'école du dialogue, défend Boeve. "Il n'a jamais eu l'intention de dépouiller l'école catholique. "L'école dialogue est l'évidence même, où on associe identité et hospitalité." (AVE)

Nos partenaires