Pour Eerdekens le système actuel mène les pouvoirs locaux droit dans le mur

11/12/13 à 06:49 - Mise à jour à 06:49

Source: Le Vif

Une cinquantaine de membres du personnel de la zone de police des Arches (zone couvrant Andenne, Assesse, Ohey, Fernelmont et Gesves) et d'autres zones de police s'étaient invités mardi soir en front commun syndical (SNPS, CSC, SLFP) au conseil communal d'Andenne qui votait le budget 2014. Pour le bourgmestre, Claude Eerdekens (PS), la hausse des coûts des cotisations patronales fait que les pensions des policiers vont devenir impayables.

Pour Eerdekens le système actuel mène les pouvoirs locaux droit dans le mur

© Image Globe

Cette déclaration a provoqué le mécontentement des syndicats.

Claude Eerdekens se base sur une simulation entre 2014 et 2020 pour la zone des Arches.

"Le surcoût pour payer les pensions de policiers pour les sept prochaines années est de 9.505 millions d'euros", indique-t-il. Un surcoût qu'il attribue notamment à la loi du 24 octobre 2011 (ndlr: le socialiste Michel Daerden était ministre des Pensions) relative au financement des pensions des agents statutaires des pouvoirs locaux.

L'opposition et les syndicats reprochent d'une manière générale au collège (au pouvoir depuis 40 ans) d'être responsable des actuelles difficultés financières.

"La zone des Arches est une des rares à être financée à 60% par le fédéral. D'autres communes sont moins bien loties, sont soumises aux mêmes pressions et subissent aussi des difficultés financières, et sont pourtant mieux gérées. Mais elles n'ont pas jeté l'argent par les fenêtres", commente Thierry Belin, président provincial du SNPS.

Thierry Belin ajoute que la zone de police des Arches compte 89 membres du personnel et qu'il en faudrait dix en "plus pour coller à la réalité du terrain". Or, pour Claude Eerdekens, "chaque fois qu'on recrute un policier, il faut licencier deux agents communaux". Une remarque qui n'a pas manqué de lui attirer les foudres des syndicats. "Complètement faux" et "Scandaleux!", ont-ils lancé.

Le bourgmestre s'est targué de "dire la vérité" au lieu "de dire aux gens des choses qu'ils aiment bien entendre à quelques mois des élections", dénonçant au passage la "démagogie" de certains intervenants de l'opposition. Pour lui, le système actuel mène les pouvoirs locaux droit dans le mur. Il a réitéré sa demande de ne pas mettre en place les zones de secours.

Faisant allusion à l'appel de Claude Eerdekens lundi à une "révolte des communes comme celle qui a fait tomber Thatcher", le conseiller cdH Etienne Sermon a mis en garde le bourgmestre: "Faites attention car si vous continuez, chaque Andennais va se transformer en une petite commune anglaise et Thatcher, ce sera vous!".

L'opposition, cdH et Ecolo, a finalement voté contre le budget. Sur une idée émise par la majorité, le chef de groupe cdH, Philippe Mattart, s'est dit toutefois disposé à proposer un budget alternatif si ses collègues d'Ecolo étaient d'accord.

Quant aux syndicats de police, ils sont partis après le vote du budget mais un préavis de grève a été déposé pour le 18 décembre, a prévenu Thierry Belin.

En savoir plus sur:

Nos partenaires