Portugal: l'ex-Premier ministre Socrates taxe la justice de "dictature"

26/07/17 à 20:56 - Mise à jour à 20:58

Source: Belga

(Belga) L'ex-Premier ministre portugais José Socrates, inculpé pour corruption, a accusé mercredi la justice de "se comporter comme dans une dictature" alors qu'elle tarde à conclure l'enquête pour le renvoyer en procès ou prononcer un non-lieu.

"En 40 ans de démocratie, la justice portugaise n'a rien appris, elle se comporte comme dans un régime autocratique, comme dans une dictature", a martelé M. Socrates, qui a dirigé le pays entre 2005 et 2011, lors d'une rencontre avec la presse étrangère à Lisbonne. Près de trois ans après son arrestation en novembre 2014 et son inculpation pour corruption, blanchiment d'argent et fraude fiscale aggravée, l'ancien dirigeant socialiste attend toujours d'être fixé sur son sort. "Cela n'existe nulle part ailleurs. Même en Angola, même dans les pays de l'Est, il faut une accusation pour pouvoir se défendre. C'est de l'abus, c'est choquant et scandaleux", a-t-il ajouté. M. Socrates, qui a toujours clamé son innocence, est soupçonné d'avoir perçu pendant son mandat des pots-de-vin de plus de 23 millions d'euros versés sur un compte en Suisse d'un ami d'enfance, Carlos Santos Silva, qui serait son homme de paille. L'ancien Premier ministre a passé plus de neuf mois en détention provisoire avant d'être assigné à résidence puis remis en liberté en octobre 2015 en attendant la conclusion de l'enquête le concernant. "J'ignore quelle décision sera prise par les juges mais si elle ne me convient pas, je compte épuiser tous les recours possibles et saisir la Cour européenne des droits de l'homme si besoin est", a-t-il prévenu. (Belga)

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos