Plus de 400 élèves mobilisés au chevet du climat

29/04/16 à 14:26 - Mise à jour à 14:26

Source: Belga

(Belga) Quelque 400 élèves de 16 à 18 ans ont participé vendredi à la conférence de clôture du "Climate challenge", un concours organisé par le WWF et soutenu par le SPF Environnement en vue de sensibiliser les jeunes au réchauffement climatique. "Il y a un réel enthousiasme de la part des écoles et des élèves. Une vingtaine d'établissements, tant francophones que néerlandophones, y ont participé cette année", s'est réjouie Caroline Steygers, du WWF.

L'ONG, qui oeuvre à la défense de l'environnement, organise le "Climate Challenge" depuis quatre ans. Il s'agit d'un jeu de rôle où les élèves sont amenés à appréhender les différents enjeux et s'approprier la dynamique des grandes conférences climatiques (COP). Durant l'année, les participants reçoivent, par groupe, un pays emblématique de certaines positions défendues lors des grandes négociations internationales. Ensuite, ils doivent débattre de propositions de résolutions avec les délégations des autres pays sur des thèmes comme la participation au fonds climatique, la réduction des transports aériens ou les réfugiés climatiques. Parmi les orateurs invités à la conférence de clôture, le climatologue belge et ancien vice-prédident du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), Jean-Pascal Van Ypersele, est revenu sur les conséquences des émissions de CO2 et le manque de volonté politique face aux mesures à mettre en oeuvre. "Il y a encore beaucoup de travail. Il faut revoir le niveau d'ambition à la hausse", a-t-il affirmé face au jeune auditoire, le plus souvent réceptif au message. Certains élèves se sont, par ailleurs, inquiétés des avancées réalisées par la Belgique en la matière. "Ne faudrait-il pas plus de contrôles?", s'est interrogé l'un d'eux. Outre le volet politique, les jeunes se sont également montrés sensibles aux actions individuelles en faveur de la préservation de l'environnement. "Des gestes quotidiens qui font une réelle différence, mais ne sont toutefois pas suffisants en l'absence d' une action politique cohérente", a estimé Noé Lecoq, représentant de la Fédération Inter-Environnement Wallonie, également invité à s'exprimer à la conférence. (Belga)

Nos partenaires