Plus de 200 personnes ont participé au meeting de la CGSP sur les droits syndicaux

19/03/16 à 02:22 - Mise à jour à 02:22

Source: Belga

(Belga) Plus de 200 personnes ont participé, vendredi soir, au meeting de la CGSP, en leurs locaux à Bruxelles, pour la défense des droits syndicaux.

Des anciens salariés de la firme Goodyear en France se sont exprimés par rapport aux condamnations en janvier de huit membres du personnel à des peines de prison ferme, pour avoir séquestré des dirigeants en janvier 2014. Des actions en solidarité avec les travailleurs français ont été envisagées. L'avocat Jan Buelens, qui a notamment défendu les travailleurs de BMS, a détaillé les droits qui étaient attaqués. Il s'est attardé sur l'ordonnance d'astreintes pour faire lever les piquets de grève, la volonté d'imposer une personnalité juridique aux syndicats ou encore la limitation des actions avec notamment l'interdiction de bloquer des trains sur les voies. "Dans des grandes manifestations, il y a toujours des marginaux, même parfois des syndicalistes, mais on ne peut pas être tenus responsable de l'ensemble des débordements", défend Philippe Dubois, secrétaire régional CGSP Cheminot. La FGTB estime que les syndicalistes sont aujourd'hui menacés par des politiques répressives et antidémocratiques. Le syndicat va en conséquence dans les semaines à venir se concentrer sur la défense des droits syndicaux. Marc Goblet, le secrétaire général du syndicat FGTB, est revenu sur l'échec des négociations des patrons et syndicats du groupe des 10 concernant le droit de grève et a affirmé sa détermination : "Si le gouvernement veut prendre des initiatives pour remettre en cause le droit de grève, qui est un droit fondamental couvert au niveau européen et au niveau international par l'Organisation internationale du Travail, on ne restera pas sans réaction" Les instances syndicales se réunissent la semaine prochaine et des décisions seront prises à ce moment-là, a-t-il encore indiqué. (Belga)

Nos partenaires