Plus de 20 militaires ont abandonné leur formation en 2 ans: "rien de neuf"

06/01/17 à 10:49 - Mise à jour à 10:52

Source: Belga

(Belga) Quelque 22 jeunes soldats ont quitté leur formation dans l'armée en deux ans à cause des missions de surveillance dans les rues, rapporte la VRT vendredi sur la base des chiffres de la Défense. Soit une faible proportion étant donné que chaque année, 2.400 jeunes se portent candidat. "Il n'est pas neuf que des personnes quittent l'armée", réagit Yves Huwart, secrétaire général du syndicat militaire ACMP-CGPM. "Cela contredit la perception générale au sein de l'armée que les militaires qui assument ces missions sont fatigués: seuls 22 jeunes qui abandonnent, c'est assez satisfaisant. De plus, cela ne concerne que des militaires en formation."

Plus de 20 militaires ont abandonné leur formation en 2 ans: "rien de neuf"

Plus de 20 militaires ont abandonné leur formation en 2 ans: "rien de neuf" © BELGA

Si un candidat militaire quitte l'armée durant les trois années de sa formation, il doit se soumettre à une entrevue de sortie lors de laquelle il doit répondre à une liste de questions et rencontrer un psychologue qui l'interroge sur son choix. Les raisons de son départ sont alors formellement consignées. De cette manière, la Défense espère avoir une meilleure vue de la rotation de son personnel. Pour les militaires plus âgés, cette entrevue n'est pas obligatoire. Vingt-deux jeunes ont abandonné l'armée à cause de "l'ennui dû au caractère répétitif", est-il inscrit dans les données de la Défense. La difficile combinaison entre le travail et une famille ou entre une formation à l'armée et des études supérieures sont d'autres raisons communes de départ. Le syndicaliste Yves Huwart souligne qu'une "raison peut en cacher d'autres. (...) Nous devons peut-être creuser davantage plutôt que de nous concentrer sur une seule mission". Il ajoute que militaire n'est pas le métier le plus évident. "En outre, nous ne connaissons pas les raisons des départs des militaires plus âgés, donc nous ne pouvons pas analyser ces chiffres." (Belga)

Nos partenaires