Plus de 2.000 euthanasies en 2015

27/01/16 à 14:57 - Mise à jour à 14:56

Source: Belga

Il y a eu en 2015 plus de 2.000 déclarations d'euthanasie enregistrées en Belgique. C'est une première pour notre pays. Le professeur Wim Distelmans (VUB), président de la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie indique par ailleurs que le nombre de sédations palliatives est au moins cinq fois plus élevé que le nombre d'euthanasies.

Plus de 2.000 euthanasies en 2015

© REUTERS/Michael Kooren

L'euthanasie a été retirée du code pénal belge en 2002. Le nombre d'enregistrements a augmenté d'un bon quart en 2012 et 2013, alors qu'en 2014 l'augmentation n'a été que de 6% (1.924 enregistrements) et en 2015 de 5% (2.021). Le cap des 2.000 déclarations est dépassé pour la première fois mais le professeur Distelmans ne s'attend pas à ce que cette hausse soit encore très spectaculaire dans les années à venir.

"Nous devons rester prudents devant ces chiffres", fait-il remarquer. "On peut parler de hausse mais cette hausse est aussi probablement en rapport avec la disponibilité des médecins à enregistrer les actes. Reste dans l'ombre, rappelons-le, le nombre d'euthanasies posées mais non-déclarées, ce qui nous empêche d'avoir une vue réelle sur l'ampleur de la question".

Environ 80% des déclarations ont été faites en Flandre, 20% en Belgique francophone. "Cette tendance se remarque depuis le début, ce qui nous amène à conclure prudemment que, soit les médecins francophones pratiquent moins l'euthanasie, soit ils la déclarent moins souvent. Je pense que les deux hypothèse se vérifient car la culture est différente à cet égard entre médecins francophones et néerlandophones".

Le professeur Distelmans estime aussi que les médecins francophones optent plus souvent pour la sédation palliative qui n'exige aucune déclaration.

Les chiffres dévoilés par la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie indiquent qu'aucune déclaration n'a été faite pour un acte d'euthanasie pratiqué sur un mineur d'âge.

En savoir plus sur:

Nos partenaires