Plus de 2.000 condamnés ne purgent pas leur peine en prison

25/01/14 à 10:08 - Mise à jour à 10:08

Source: Le Vif

Plus de 2.000 criminels ayant été condamné à des peines de prison allant jusqu'à trois ans se trouvent actuellement à leur domicile. La majorité d'entre eux se voit toutefois affublée d'un bracelet électronique après deux mois, lit-on samedi dans Gazet van Antwerpen, qui s'appuie sur des chiffres internes au SPF Justice.

Plus de 2.000 condamnés ne purgent pas leur peine en prison

© Belga

Au 14 janvier, au moins 2.141 condamnés ne purgeaient ainsi pas la peine de prison qu'ils s'étaient vus infligée. S'étant présentés à la prison, on leur avait annoncé qu'il n'y avait pas de place dans l'établissement et qu'ils pouvaient rentrer chez eux.

Les personnes condamnées à plus de quatre mois de prison reçoivent toutefois environ six semaines plus tard un bracelet électronique, lorsque celui-ci est disponible. Les données du SPF Justice montrent en outre que la population carcérale (11.550) s'est stabilisée pour la première fois depuis des années. La prison d'Anvers reste un point noir avec une surpopulation de 63%. Près de la moitié des détenus (5.224) sont d'origine étrangère et 14% (1.573) sont des illégaux.

"Il y aura toujours un temps d'attente pour le bracelet électronique" Ces 2.141 criminels condamnés à des peines de prison allant jusqu'à trois ans qui se trouvent actuellement à leur domicile sont des personnes en attente de bracelet électronique, a précisé le porte-parole de l'administration pénitentiaire, Laurent Sempot. "Il y aura toujours un temps d'attente pour le bracelet électronique."

Laurent Sempot a expliqué que les condamnés concernés sont ceux qui se présentent à la prison, qui sont inscrits et qui passent un premier contrôle avant de pouvoir rentrer chez eux. Selon lui, cela n'a rien à voir avec un déficit de places dans les établissements pénitentiaires, mais bien avec une procédure qui doit être suivie avant que le condamné puisse obtenir un bracelet électronique.

"A l'heure actuelle, cela prend six semaines environ, alors que ça pouvait durer jusqu'à un an et demi auparavant", souligne le porte-parole.

Nos partenaires