Plus de 100.000 personnes bénéficient du revenu d'intégration en 2014

07/11/14 à 15:37 - Mise à jour à 15:37

Source: Belga

Quelque 103.200 personnes bénéficient d'un revenu d'intégration sociale (RIS) sur base mensuelle en 2014, ressort-il des chiffres du Service Public de Programmation Intégration sociale dévoilés vendredi. Il s'agit d'une augmentation de 4,2% par rapport à l'année passée, lors de laquelle on dénombrait 98.820 bénéficiaires .

Plus de 100.000 personnes bénéficient du revenu d'intégration en 2014

© Belga

La hausse la plus significative concerne les bénéficiaires de moins de 25 ans (+5,6%) et plus particulièrement parmi ceux-ci les étudiants (+7,3%). Les principales raisons de cette augmentation résident dans la mauvais conjoncture économique et le transfert du chômage vers le RIS, en raison des mesures de limitation. Les jeunes ne disposant pas d'expérience professionnelle sont plus sévèrement touchés par la crise étant donné qu'ils accèdent plus difficilement aux emplois.

"Les CPAS sont confrontés à un défi grandissant, à savoir donner une nouvelle chance aux jeunes pour s'intégrer sur le marché de l'emploi. Ce qu'ils font bien puisque l'augmentation du nombre d'étudiants s'accélère", explique Julien Van Geertsom, président du SPP Intégration sociale. Alexandre Lesiw, le directeur du service CPAS du SPP souligne que ce n'est pas un signal négatif: "Ce sont souvent des jeunes ayant connu un parcours chaotique et qui sont remis dans le circuit grâce à ce soutien". Cette progression est plus marquée dans les cinq grandes villes du pays (Bruxelles, Anvers, Liège, Gand, Charleroi).

Le nombre de personnes bénéficiant de l'aide financière, qui concerne les individus exclus du champ d'application du droit à l'intégration social comme les demandeurs d'asile par exemple, a baissé de 19,5% cette année. Le nombre de demandeurs d'asile parmi ceux-ci a lui diminué de 50%. "Ils représentent aujourd'hui 10% des bénéficiaires, contre 60% en 2005", précise Julien Van Geertsom. Cette chute drastique s'explique par la fin de la crise de l'accueil, de même que par les nouvelles mesures en matière d'asile et de migration.

Nos partenaires