Plus aucun responsable turc en campagne en Allemagne

21/03/17 à 13:54 - Mise à jour à 13:55

Source: Belga

(Belga) Plus aucun responsable turc n'ira défendre en Allemagne le oui au référendum du 16 avril prévoyant un renforcement des pouvoirs du président turc, a annoncé mardi à l'AFP la représentante à l'étranger du parti au pouvoir à Ankara.

"Toutes les manifestations prévues à l'avenir ont été annulées", a déclaré une porte-parole de la "cellule de coordination" à l'étranger de l'AKP, le parti du président turc Recep Tayyip Erdogan, après des semaines de tension germano-turques sur cette campagne. La décision "a été prise à Ankara", précise cette représentation de l'AKP basée à Cologne (ouest), dans une Allemagne qui compte la plus forte diaspora turque au monde, dont 1,4 million de personnes inscrites sur les listes électorales. L'Union des démocrates turcs européens (UETD), organisation pro-Erdogan de la diaspora turque, annonce de son côté dans le magazine allemand Wirtchaftswoche qu'elle n'organisera "aucune nouvelle manifestation" impliquant des ministres turcs d'ici le 16 avril en Allemagne. Des "réunions d'information" restent cependant prévues "au niveau local", sans représentant du gouvernement turc, précise le président de l'UETD, Zafer Sirakaya. Cette décision, après plusieurs semaines de bras de fer entre la Turquie et plusieurs pays européens dont l'Allemagne, intervient au lendemain de menaces de la chancelière allemande, Angela Merkel, d'interdire tout meeting aux responsables turcs. Mme Merkel a peu goûté les nouvelles attaques formulées dimanche par M. Erdogan, qui l'a accusée de "pratiques nazies". Les relations entre la Turquie et l'Allemagne traversent une crise aigüe après l'annulation par les autorités locales de plusieurs réunions électorales pro-Erdogan dans le pays, dont M. Erdogan s'est emparé pour dénoncer l'Europe et Berlin en particulier. L'Allemagne, tout en accusant Ankara d'avoir "franchi une limite" avec la mention du nazisme, s'est cependant efforcée d'éviter un affrontement direct, redoutant une surenchère dont profiterait M. Erdogan pour mobiliser son électorat. (Belga)

Nos partenaires