Plan UE-Turquie: la Grèce renvoie en Turquie cinq premiers demandeurs d'asile déboutés

08/09/16 à 20:52 - Mise à jour à 20:52

Source: Belga

(Belga) La Grèce a renvoyé jeudi en Turquie cinq premiers demandeurs d'asile déboutés, parmi lesquels toutefois aucun Syrien, en application du plan UE-Turquie de bouclage de la route migratoire égéenne, a indiqué le ministère grec de l'Intérieur.

C'est la première fois que le pays organise de tels renvois, alors qu'il est sous pression européenne pour accélérer les retours prévus par le plan UE-Turquie, fortement controversés au regard des règles de l'asile. Aucun réfugié syrien ne figure toutefois dans ce groupe, renvoyé dans le port turc de Dikeli à bord d'un bateau de l'agence européenne Frontex. ll s'agit de quatre Pakistanais et un Egyptien, déboutés en appel de leurs demandes d'asile. Les quelque 500 renvois opérés par la Grèce dans le cadre de l'accord UE-Turquie, qui vise tous les arrivants sur les îles grecques après le 20 mars, ne concernaient jusque là que des personnes n'ayant pas demandé l'asile ou ayant retiré leurs demandes, a rappelé une source du ministère grec de la politique migratoire. La plupart des arrivants post-20 mars ont demandé l'asile, pour tenter de retarder ou empêcher leur renvoi, la Grèce s'étant engagée dans ce cas à un examen individuel des renvois, en fonction de la sécurité pouvant être garantie aux intéressés en Turquie. En l'absence jusque là de tous les renforts européens promis, les services d'asile grecs sont débordés. La mise en oeuvre des retours prévus par le pacte UE-Turquie a aussi été freinée par les évolutions en Turquie après le putsch raté du 15 juillet. Près de 13.000 migrants et réfugiés arrivés après le 20 mars sont bloqués sur les îles d'Égée orientale, en particulier Lesbos et Chios, dans des conditions difficiles, et au prix de tensions croissantes entre eux et avec les habitants. Ils s'ajoutent à plus de 56.000 exilés arrivés avant le 20 mars mais bloqués eux en Grèce continentale par la fermeture de la route des Balkans. L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a pour sa part annoncé jeudi avoir organisé depuis le début de l'année le rapatriement volontaire de 4.285 de ces ressortissants étrangers, notamment des Afghans et Irakiens. (Belga)

Nos partenaires