Plan Canal - La CGSP soutient le préavis de grève déposé par ses homologues mais "veut aller plus loin"

12/02/16 à 10:53 - Mise à jour à 10:53

Source: Belga

(Belga) La CGSP souhaite déposer un préavis de grève illimité pour l'ensemble de la Belgique et toutes les zones de police, qui ne se limiterait pas au plan canal mais "concernera plus largement la privatisation de certaines missions de la police ainsi que le manque de personnel", a fait savoir vendredi matin Eddy Quaino, permanent police au sein de la CGSP-Admi.

Plan Canal - La CGSP soutient le préavis de grève déposé par ses homologues mais "veut aller plus loin"

Plan Canal - La CGSP soutient le préavis de grève déposé par ses homologues mais "veut aller plus loin" © BELGA

Les syndicats SLFP Police, CSC-Services Publics et SNPS (Syndicat National de Police et de Sécurité) ont déposé jeudi un préavis de grève au sujet de l'exécution du plan canal. Ce préavis concerne les membres de la police fédérale ré-affectés "brutalement" dans les deux zones de police concernées, Bruxelles-Ouest et Vilvorde et prendra cours, en cas d'échec des négociations, le 22 février à 23h59 pour se terminer le 29 février à 07h01. "Nous souhaitons aller plus loin que les trois autres organisations syndicales", indique Eddy Quaino qui précise qu'un préavis de grève à durée illimitée sera prochainement déposé. Outre le plan canal, la CGSP-Admi dénonce le manque de personnel ainsi que la privatisation croissante de certaines missions de la police, voire carrément leur disparition. "On parle de la disparition du service médical ainsi que de la disparition des séances d'information de la police des autoroutes sur le code de la route dans les écoles, un service pourtant très apprécié", souligne le permanent Police du syndicat socialiste. Dans un communiqué publié vendredi, la CGSP-Admi appelle le ministre de l'Intérieur Jan Jambon à "revoir ses plans d'investissements jusqu'en 2019 pour un recrutement pérenne de policiers et un renouvellement adéquat du matériel mis à leur disposition". Une rencontre à cet égard est prévue le 18 février à 14 heures avec le ministre de la Justice et à 17h30 avec le ministre de l'Intérieur. "Cela risque d'être animé", a d'ores et déjà commenté Eddy Quaino. (Belga)

Nos partenaires