Plainte contre la SNCB pour racisme

20/10/14 à 10:44 - Mise à jour à 11:23

Source: De Morgen

Selon le quotidien De Morgen, l'écrivaine flamande Saskia De Coster et les Belgo-Congolais Kongolo Mbuyi et Chantal Bitota ont décidé de porter plainte contre la SNCB. Jeudi dernier, les deux passagers noirs ont été expulsés d'un train sous prétexte qu'ils avaient retardé. Ils se sont également vus infliger une amende alors que plusieurs voyageurs blancs montés dans le train au même moment s'en sont tirés impunément.

Plainte contre la SNCB pour racisme

Jeudi dernier, l'écrivaine Saskia De Coster a voulu prendre un train pour Gand Saint-Pierre à la Gare Centrale de Bruxelles. Montée à la dernière minute en compagnie d'un frère et d'une soeur belgo-congolais, et de plusieurs passagers blancs, l'écrivaine a pu s'installer sans encombre. En revanche, les deux passagers noirs ont été les seuls à subir des insultes de la part de la contrôleuse. Selon Saskia De Coster, qui a publié une lettre ouverte au CEO de la SNCB dans De Morgen, l'employée les a sommés de quitter le train immédiatement. Elle a ajouté, dans un langage peu châtié, qu'ils n'avaient probablement pas de billets valides.

D'après les informations rapportées par l'écrivaine, lorsque Kongolo Mbuyi a fait comprendre à la contrôleuse qu'il ne comprenait pas le néerlandais, cette dernière a appelé la police. À Bruxelles-Midi, l'accompagnatrice de train a annoncé "un retard de dix minutes dû à un problème technique" avant que deux agents de Securail viennent arrêter les deux passagers mis en cause. De Coster les a suivis en qualité de témoin. Après avoir écouté attentivement leur histoire, les agents leur ont confié que ce n'était pas la première fois que l'accompagnatrice en question causait ce genre de problèmes. Malgré l'attitude compréhensive de la part de la brigade ferroviaire, les trois passagers se sont vus infliger une amende "pour avoir retardé le train" à l'issue de l'entretien.

Les trois passagers ont l'intention de porter plainte contre la SNCB pour racisme. Selon Saskia De Coster, "toute personne normale serait montée dans ce train". "Mais la contrôleuse a traité ces gens de façon radicalement différente sur base de leur couleur de peau".

En savoir plus sur:

Nos partenaires