Photovoltaïque : les derniers détails sont réglés

28/03/13 à 19:35 - Mise à jour à 19:35

Source: Le Vif

Le gouvernement wallon s'est accordé ce jeudi sur un régime transitoire qui précédera la réforme du soutien au photovoltaïque. Il entrera en vigueur le 1er avril et sera d'application jusqu'à l'adoption du décret instituant le nouveau système "Qualiwatt", dans le courant du mois de juillet.

Photovoltaïque : les derniers détails sont réglés

© Belga/Aurore Belot

A titre transitoire, le taux d'octroi des certificats verts sera revu à la baisse et s'établira à 1,5 certificat par mégawatt/heure pendant 10 ans pour la tranche comprise entre 0 et 5 kilowatt/crête, soit une installation moyenne, et à 1 certificat pour la tranche au-delà de 5kWc et jusqu'à 10 kWc. Le système d'avance des certificats verts est quant à lui supprimé.

Ce régime transitoire vaudra pour les personnes qui investissent dans le photovoltaïque à partir du 1er avril et jusqu'à l'adoption du décret "Qualiwatt". La date prise en compte est celle du paiement de l'acompte. Le secteur avait réclamé une période transitoire afin d'éviter un effondrement de la demande dans l'attente de la mise en place du nouveau système.

De cette manière, le gouvernement espère refermer le douloureux chapitre de la réforme du système "Solwatt" mis en place sous la législature précédente pour soutenir le développement en Wallonie de la production d'énergie photovoltaïque. "Ceci clôt Solwatt et nous pouvons ouvrir Qualiwatt", a souligné le ministre de l'Energie, Jean-Marc Nollet.

L'exécutif a confié à un cabinet d'avocats le soin de traduire dans des textes l'accord obtenu sur fond de lourdes tensions politiques. Les ministres n'ont pas voulu se prononcer sur l'impact financier des mesures décidées. Des discussions sont en cours avec la Commission de régulation du gaz et de l'électricité (Creg). La Commission wallonne pour l'énergie (Cwape) avait mis le gouvernement en garde contre la surchauffe du mécanisme Solwatt jugé trop généreux. Selon ses calculs, le surcoût doit s'élever à 2,5 milliards d'euros dans les 15 années à venir.

"Si nous ne faisions rien, les coûts auraient été croissant et auraient été payés par tous", s'est contenté d'indiquer le ministre-président Rudy Demotte.

Le gouvernement a confirmé par ailleurs l'accord intervenu le 21 mars sur le nouveau mécanisme "Qualiwatt" qui met un terme à l'utilisation de certificats verts pour soutenir le photovoltaïque.

Nos partenaires