Philippe Moureaux : "stupéfait et en colère"

09/06/12 à 11:07 - Mise à jour à 11:07

Source: Le Vif

Au lendemain de l'agression commise par un islamiste contre deux policiers à la station de métro Beekkant à Bruxelles, Philippe Moureaux s'est dit "stupéfait et en colère". Pour le bourgmestre de Molenbeek il s'agit clairement d'une tentative d'assassinat. La soeur de la policière agressée (de confession musulmane) a dénoncé "ces malades mentaux qui se prétendent musulmans".

Philippe Moureaux : "stupéfait et en colère"

© Belga

Selon ses propres dires, le suspect âgé de 34 ans, a commis son agression pour protester contre la politique du gouvernement belge à l'égard des musulmans. Un article de presse faisant allusion à la femme contrôlée en niqab jeudi dernier à Molenbeek, a été retrouvé sur lui. "La police était en train d'effectuer une action de contrôle" explique le commissaire de la police de Bruxelles Ouest. Les deux agents se tenaient près de quatre personnes arrêtées administrativement quand un autre homme a soudainement sorti un couteau et les a poignardés. L'homme a notamment crié "Guerre Sainte" en commettant son acte. Il a immédiatement été maîtrisé et a été emmené à l'hôpital pour une visite médicale puis a été transféré au commissariat pour y être entendu.

Les policiers blessés, un homme et une femme tous deux âgés d'une trentaine d'années, sont hors de danger. La femme souffre d'une blessure au cou et dans le bas du dos tandis que l'homme a été poignardé à la nuque. La station de métro Beekkant, fermée à la demande de la police, a été rouverte à 20h30.

C'est un attentat

"L'agresseur avait visiblement des intentions criminelles. Il avait sur lui un document intitulé 'Molenbeek l'ignoble' et est venu de Paris avec un billet aller simple. Il se rattache au mouvement Sharia", a déclaré M. Moureaux. "Molenbeek a récemment souffert d'un groupe islamiste venu de l'extérieur et à présent, d'un islamiste venu de Paris. C'est une grande souffrance pour la commune."

Philippe Moureaux a réclamé que l'affaire soit traitée avec la plus grande sévérité par la justice et appelé à actionner la coopération policière internationale pour démanteler ce réseau. Il a également salué le courage et le sang-froid des policiers.

La soeur de la policière réclame justice

De confession musulmane, les proches de la policière poignardée ont tenu à s'exprimer devant ce qu'il considère comme une injustice. La soeur de la policière poignardée a posté un message sur facebook "J'ai la haine contre tous ces extrémistes de m..! Tout comme ces politiques de tolérance fassent à ces malades mentaux qui se prétendent musulmans! Hâte que justice soit faite!"
Interviewé ce midi par RTL, Housna Lasfar a encore précisé "On ressent de la colère et de l'incompréhension. Le pire dans l'histoire, c'est que nous sommes musulmans. Nous n'avons rien à voir avec ces individus. Ces extrémistes vont à l'encontre de notre religion qui est un message d'amour et de tolérance". Avant d'enchaîner avec un message envers le monde politique : "On envisage de supprimer la nationalité belge du porte-parole de Sharia4Belgium? Et bien c'est une très bonne idée. Il ne faut pas que la Belgique devienne un terrain de jeu et de liberté pour ce genre d'individus".

Le SLFP-Police veut une réaction "ferme et sans ambiguïté"

Le SLFP-Police (syndicat libre de la fonction publique) appelle samedi, après l'agression au couteau vendredi soir de deux policiers à la station Beekkant à Molenbeek, à une réaction "ferme et sans ambiguïté". "Des mesures d'urgence doivent être prises par le pouvoir exécutif, et suivies par le pouvoir judiciaire", indique-t-il dans un communiqué.Soulignant les initiatives déjà prises par la ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet pour le développement du "Plan global contre la violence dont les policiers sont victimes", le syndicat demande aux autres acteurs, des magistrats aux bourgmestres en passant par le ministre de la Fonction publique notamment, de "s'inscrire pleinement dans cette logique visant une protection et une assistance valables, complètes et coordonnées pour les policiers victimes de violence, en ce compris des sanctions lourdes et effectives pour tous les auteurs de faits de violence contre les policiers." Il met également en garde les bourgmestres et mandataires policiers qui selon lui "prennent la sécurité de leur personnel peu au sérieux", en ne leur fournissant pas les moyens nécessaires à leur sécurité (gilet pare-balles, équipe unique pour la nuit, etc). "S'il intervient un incident sérieux emportant des blessures pour nos collègues, le SLFP-Police n'hésitera pas à lancer des procédures pénales contre eux dans le cadre de leur responsabilité personnelle", avertit-il.

LeVif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires