Philippe Moureaux souhaite "trancher le noeud gordien qu'est BHV"

12/08/11 à 12:24 - Mise à jour à 12:24

Source: Le Vif

Le vice-président du PS, Philippe Moureaux, s'est dit favorable à la résolution rapide du dossier de la scission de l'arrondissement Bruxelles-Hal-Vilvorde (BHV) lors des négociations qui doivent reprendre la semaine prochaine entre huit partis, tout en affichant son "scepticisme" face au nombre d'inconnues.

Philippe Moureaux souhaite "trancher le noeud gordien qu'est BHV"

© Belga

"Il faut trancher ce noeud gordien qu'est BHV, sinon ce pays va sombrer", affirme-t-il dans une interview publiée par le journal 'La Dernière Heure'.

Le président du CD&V, Wouter Beke, fait d'une solution du dossier BHV une priorité dans les négociations à venir, avant même les questions socio-économiques - alors que le Premier ministre Yves Leterme (CD&V) s'inquiète davantage de la confection du budget 2012.

"On est pris dans une situation en étau. Il y a la priorité d'actualité: faire un budget et, surtout, avoir un gouvernement de plein exercice. Mais reconnaissons que quand le CD&V dit qu'il faut résoudre BHV avant toute chose parce que c'est ce dossier qui a fait tomber le gouvernement, il a raison", explique M. Moureaux.

Le bourgmestre de Molenbeek reproche toutefois au CD&V de ne pas avoir de stratégie claire. "Il a des stratégies. Mais est-ce que le CD&V sait lui-même où il va? Maintenant qu'ils ont franchi le Rubicon en se distanciant de la N-VA, ils ont intérêt à former un gouvernement. Sauf que, tactiquement, une grande partie des cadres du CD&V pensent aux élections communales. Et là, ils ont très peur de l'attitude de la N-VA", ajoute M. Moureaux.

Il juge encore "maigres" les compensations prévues dans la note du formateur pour les francophones en échange de la scission BHV. "Mais à chaque fois que l'on remet ce dossier à plus tard, les francophones y perdent. Il faut en sortir", fait-il encore valoir.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires