Philippe Geluck présente ses oeuvres d'art préférées

19/02/17 à 13:14 - Mise à jour à 13:15

Source: Le Vif/l'express

Une personnalité dévoile ses oeuvres d'art préférées. Celles qui, à ses yeux, n'ont pas de prix. Pourtant, elles en ont un. Elles révèlent aussi des pans inédits de son parcours, de son caractère et de son intimité. Cette semaine: Philippe Geluck.

Un " Chalut, chat va ? " gravé à l'encre noire sur une plaquette de sonnette. Pas de doute, c'est bien l'atelier de Philippe Geluck, dessinateur, plasticien, chroniqueur et surtout papa d'un gros Chat de 34 ans. Vêtu d'une veste sans manches sur un polar noir, d'un pantalon sombre et de ses traditionnelles petites lunettes rondes, l'artiste vous accueille dans son antre bruxellois (un ancien dépôt de brasserie) qui emprunte autant à l'imprimerie qu'au bureau d'architecture ou à la mini-entreprise. Tandis que des cloisons vitrées découpent le grand espace de briques rouges, des Chats sculptés, dessinés ou lithographiés se promènent entre les rouleaux, les affiches et les tableaux. Et c'est avec deux tasses de café à la main que Geluck vous emmène dans la salle de réunion où une dizaine de petites statuettes rouges à l'effigie du célèbre félin semblent attendre une affectation. Derrière lui, entre trois et six collaborateurs s'affairent. Nous sommes vendredi après-midi, la Brafa (Brussels Art Fair à laquelle le Chat participait) s'achève, tout comme l'exposition dans une célèbre galerie lausannoise. Et sans y être invité, notre homme qui semble plutôt humble, préfère d'emblée se justifier. " Jusqu'à 45 ans, j'ai tout fait moi-même. Répondre au téléphone, remplir mes factures, gérer les éditions et les publications. J'étais tout seul. Puis, lorsque j'ai commencé à faire des émissions en France, j'ai dû engager un assistant, j'ai choisi un jeune garçon - fan absolu du Chat depuis ses 8 ans - que je rencontrais chaque année lors de mes séances de dédicaces. C'était il y a dix-sept ans et c'est pour le décharger, lui, que nous avons engagé d'autres personnes ", confie-t-il, la mine bienveillante et le regard affectueux.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires