Philippe et Mathilde à Anvers pour leur 5e Joyeuse Entrée

27/09/13 à 17:27 - Mise à jour à 17:27

Source: Le Vif

Le roi Philippe et la reine Mathilde sont attendus à Anvers vendredi après-midi pour leur cinquième Joyeuse Entrée, à la saveur particulière en raison de la personnalité du bourgmestre d'Anvers, Bart De Wever.

Philippe et Mathilde à Anvers pour leur 5e Joyeuse Entrée

© Belga

Les médias étaient d'ailleurs présents en nombre à l'arrivée du président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers, qui arborait une cravate parsemée de lions jaunes sur fond noir. "C'est la cravate qui va avec mon costume gris", a-t-il répondu aux journalistes qui l'interpellaient à ce sujet. Quelques centaines de badauds portant les couleurs belges l'ont parfois hué ou accueilli avec des "Leve België" (Vive la Belgique).

Le couple royal est arrivé peu avant 17h00 au Museum aan de stroom (MAS) où doit se dérouler le début de la visite. Il ne sera pas accueilli à l'hôtel de Ville d'Anvers, la place aux alentours étant occupée par des festivités sportives.

La reine Mathilde porte une robe fourreau aux tonalités de vert et un bibi bleu canard.

Bain de foule sous tension Des militants nationalistes du Voorpost ont réussi à sortir de la zone qui leur était réservée sur le parcours du bain de foule du roi Philippe et de la reine Mathilde, entre le Museum aan de stroom (MAS) et le musée Red Star Line, lors de la Joyeuse Entrée à Anvers. Le couple royal a continué son chemin en saluant les badauds, mais l'incident a provoqué quelque flottement et tension.

Une zone spécifique avait été prévue pour les militants nationalistes du Voorpost et du Vlaams Belang le long du parcours. En attendant le couple royal, des tensions avaient déjà surgi entre eux et les militants pour l'unité de la Belgique, postés en face. Le chef de file Vlaams Belang à Anvers Filip Dewinter était présent, ont constaté certains journalistes.

Le roi et la reine ont pris le temps de saluer les nombreux enfants et citoyens venus les attendre à leur sortie du MAS. Alors qu'ils traversaient le pont reliant "Het Eiland" (l'île) à la terre ferme, les cris des militants ont redoublé de vigueur. Le couple devait passer entre les "België Barst", "Delphine Koningin" (Delphine reine) d'un côté et "Leve de koning" (vive le roi) et "Leve België" (vive la Belgique) de l'autre. Des manifestants nationalistes ont alors tenté de sortir de la zone réservée, se heurtant aux policiers qui les encadraient. Certains ont réussi à s'éclipser et se sont postés plus loin sur le parcours. Le couple royal est resté imperturbable.

Nos partenaires