Peumans se défend d'avoir intenté à l'intégrité artistique de l'illustrateur

16/05/13 à 11:56 - Mise à jour à 11:56

Source: Le Vif

Le président du parlement flamand Jan Peumans (N-VA) a fait pression sur l'organisateur d'une exposition au sein de son institution pour supprimer, dans la brochure, un phylactère en français d'un dessin des Cités obscures des bédéistes franco-belges Benoît Peeters et François Schuiten, rapporte ce jeudi De Standaard. Le président du parlement flamand "n'a à aucun moment demandé qu'on attente à l'intégrité artistique de François Schuiten". Ainsi a-t-il réagi à la polémique suscitée par sa décision.

Peumans se défend d'avoir intenté à l'intégrité artistique de l'illustrateur

© Belga

"Après une petite discussion avec le président (du parlement flamand), nous avons décidé de laisser tomber le texte en français dans la brochure", explique Dany Vandenbossche, l'organisateur de cette exposition de planches originales de BD qui s'ouvre ce jeudi dans la salle des guichets du parlement flamand.

Interrogé, le porte-parole de Jan Peumans a jugé que cet effacement relevait de l'évidence: "nous ne pouvions tout de même pas laisser un texte en français au parlement flamand", a affirmé Luc Demullier au Standaard. "Nous ne voulions pas (de cette planche), mais c'était trop tard pour changer. Le gouvernement flamand paie les commissaires de l'exposition 10.000 euros pour remplir leur rôle, est-ce trop demander de choisir une planche sans phylactère en français", s'interroge-t-il.

Peumans nuance

Dans une réaction adressée à la presse, M. Peumans tient à nuancer les articles évoquant, à tort selon lui, une "censure" de sa part. S'il reconnaît s'être opposé à l'usage du français sur les invitations et sur la couverture du catalogue de l'exposition, il estime n'avoir jamais voulu intenter à l'oeuvre du célèbre illustrateur. Ce sont les curateurs de l'exposition qui ont décidé de masquer le phylactère, fait-il valoir.

M. Peumans indique avoir demandé aux commissaires de l'exposition, Dany Vandenbossche et Jan Hoet, de choisir une autre illustration pour les invitations, quand l'image de François Schuiten lui a été présentée, le 19 avril.

Mais ceci n'a pas été possible, faute de temps. Les commissaires ont donc choisi de masquer le phylactère en français sur les invitations, de leur propre initiative. Pour se dédouaner, M. Peumans rend public l'échange d'e-mails qu'il a eu avec ceux-ci.

Il souligne, en outre, que le phylactère en français n'a pas été occulté sur l'affiche présentée dans l'exposition.

Fadila Laanan s'étonne d'une atteinte à la liberté artistique

La ministre de la Culture en Fédération Wallonie-Bruxelles, Fadila Laanan, s'est "étonnée" de la décision de Jan Peumans. Ça "va à l'encontre de la liberté artistique et dénature la planche d'origine du dessin de Benoît Peeters et François Schuiten", a-t-elle souligné dans un communiqué.

La ministre socialiste rappelle l'importance de l'ouverture culturelle et souligne "les collaborations enrichissantes passées, présentes et à venir entre les deux communautés".

François Schuiten : "c'est extraordinairement choquant"

Dans une réaction à l'AFP, François Schuiten s'est dit choqué de la décision. "A la limite, j'aurais compris qu'ils remplacent le texte en français par la version en flamand, qui existe, mais supprimer le texte, c'est extraordinairement choquant." Il précise que le projet de brochure qui lui avait été soumis pour approbation comportait bien le texte en français.

L'acte de Peumans "confine à la barbarie tout autant qu'à l'idiotie"

"La censure de l'oeuvre de François Schuiten au parlement flamand est un acte qui confine tout autant à la barbarie qu'à l'idiotie", a affirmé jeudi le président des FDF Olivier Maingain.

Olivier Maingain s'est dit consterné quant à la décision du président du Parlement flamand, Jan Peumans (N-VA). "Toute oeuvre culturelle, quel qu'en soit son auteur, et quelle que soit son appartenance culturelle, doit être respectée dans son intégralité. Le Centre belge de la bande dessinée doit poser en conséquence un geste fort en mettant fin sur le champ à sa collaboration avec le Parlement flamand et en retirant toutes les oeuvres qui y sont présentées. Le Centre belge de la bande dessinée trouvera sans peine un partenaire culturel en Flandre capable de refuser la censure du nationalisme flamand qui va jusqu'à interdire la présence de quelques mots en français sur une oeuvre d'art", a commenté le président des FDF, dans un communiqué.

"A suivre le barbouilleur Jan Peumans, la peinture de René Magritte intitulée 'Ceci n'est pas une pipe' ne devrait plus être exposée en Flandre", a ajouté Olivier Maingain, estimant que M. Peumans était indigne des fonctions qu'il exerce.

Nos partenaires